13 Sentinels – Aegis Rim : le chef-d’œuvre de Vanillaware enfin sur Switch ! (PS4, commutateur)

Véritable coup de cœur lors de son lancement sur PS4 : narration riche et complexe, personnages attachants, ou encore superbe flair artistique, 13 Sentinels – Aegis Rim reste aujourd’hui solidement ancré dans nos esprits. De plus, nous étions très impatients de redécouvrir ce jeu sur la console hybride de Nintendo, nous revenons donc pour vous donner nos impressions -toujours sans spoilers-, et par la même occasion voir si cette version est équivalente à la “grande soeur” de la PS4. Pour rappel, cette version Switch de 13 Sentinels – Aegis Rim sera disponible commercialement le 12 avril.

Bien sûr, nous n’allons pas vous insulter en vous parlant des logiciels du studio Vanillaware, auteur, entre autres, deLa sphère d’Odin, ou encore Muramasa. Nous allons plutôt vous parler de cette épopée qui est toujours aussi agréable et passionnante à suivre, malgré son apparente complexité pour les nouveaux venus dans ce monde. Petit rappel pour ceux qui auraient raté le logiciel Vanillaware, cet opus s’est vendu quand même à plus de 500 000 exemplaires (chiffres à fin novembre 2021).

En revanche, si vous avez déjà lu sur cette aventure sur PS4, il n’y a malheureusement pas de contenu de scène supplémentaire à vous mettre sous la dent, juste un petit rajout sur les combats, mais nous en reparlerons dans les paragraphes suivants. En attendant, comme d’habitude, vous pouvez relire quelques extraits de notre tester ps4 ci-dessous pour une idée sans spoiler de l’histoire et des fonctionnalités de combat.

– Informations 13 Sentinelles Aegis Rim (PS4) –

Un scénario riche, passionnant et complexe à la fois
Sans trop en dévoiler, cette aventure nous parle de treize adolescents, lycéens et lycéennes aux centres d’intérêt différents, l’un est par exemple fan d’effets spéciaux et de films sur les kaijus, le second aime l’athlétisme et les films de science-fiction, un troisième a une passion pour le chant, certains aiment les desserts ou parlent d’amour, tandis que d’autres sont plutôt des mauvais garçons. Cependant, une chose unit ces treize protagonistes : ils sont les seuls à pouvoir se battre pour défendre leur monde, à bord d’une Sentinelle (un Mecha) contre une invasion extraterrestre.Afin de bien comprendre l’intrigue et tous les problèmes, vous devez prendre vos problèmes en patience, examiner attentivement les éléments, remettre les pièces de ce puzzle en place et dans l’ordre. Mais aussi utiliser et réutiliser les explications fournies dans le codex, une encyclopédie qui explique de nombreux termes, étoffe le jeu, et apporte des réponses. C’est vital, d’autant plus que, comme Vanillaware sait le faire, cette histoire très riche et passionnante de bout en bout est entrecoupée de diverses sous-intrigues, elles-mêmes inscrites dans ce vaste dessein.Entre tradition japonaise et science-fiction, Kamitani fait un travail de maître car tous les éléments s’emboîtent parfaitement. En revanche, n’allez pas croire que les protagonistes ont été relégués à n’être là que pour remplir leurs rôles respectifs de pions. Non, ils ont chacun des parcours et des personnalités différents, servis par un casting de haut vol. Cette grande implication et les détails minutieux des animations du studio permettent une meilleure immersion dans l’univers.[…] Comme à l’écriture du cadre général, M. Kamitani a su rendre ses protagonistes humains, attachants, avec des relations traitées avec précision. Nul doute que ces grandes vertus scénaristiques vous séduiront, si toutefois la lecture, la patience et l’apparence cryptique ne vous découragent pas. Car au bout de ce chemin complexe, vous découvrirez de grandes richesses et de multiples virages.[…]Étapes scénarisées avec une approche Point’n Click gratuite
Le gameplay du logiciel se compose de deux phases distinctes : l’aventure (les phases scénarisées) d’une part et le combat stratégique en temps réel (RTS) d’autre part. Dans le premier cas, on suit tour à tour les 13 protagonistes dans des lieux variés et de superbes environnements 2D. Chaque “scène” intelligemment dessinée et animée a quelques petites interactions, soit en examinant des objets prédéfinis, soit en discutant avec d’autres personnages présents.Grâce à l’interaction et à la discussion, nos héros débloquent des “mots clés” très importants. Ces mots-clés sont ensuite diffusés dans l’esprit de l’orateur pour leur propre opinion, sous réserve de l’évolution de leur progression dans l’intrigue, mais servent aussi à lancer des discussions. En fonction de ses décisions et de ses réponses, l’intrigue du protagoniste évolue selon un chemin (ou une branche) différent.Matchups RTS agréables mais trop simples en difficulté Intense
Cada héroe (ine) tiene su propio Sentinel (un Mecha) que va desde la primera hasta la cuarta generación, estas diferencias se explican por los ataques que se pueden usar (distancia, cuerpo a cuerpo, etc.) y el apoyo disponible de uno autre. .relation avec les autres. Il faut donc bien gérer son type d’unité pour profiter pleinement des forces et faiblesses de ses adversaires, tout en gérant les EP (équivalents de PM) qui s’épuisent à chaque coup -ou presque-.Pour récupérer une partie de ces EP, il faut utiliser la défense de la Sentinelle en question, pour vaincre les adversaires ou, plus généralement, pour un groupe, utiliser ce qu’on appelle le Métasystème. Ce dernier permet également d’intervenir avec d’autres moyens utiles mais d’usage limité. Lors de l’affrontement, bien sûr, il faut faire attention aux VP de vos alliés, car la mort de l’un d’entre eux signifie la défaite et le redémarrage de la mission en cours.Dans ce thème, préférez la sélection monde Intense (difficile) sinon les combats sont un vrai régal. Nous émettrons tout de même un avertissement concernant cette difficulté intense. En fait, les trois quarts des batailles liées à l’histoire ne posent aucun problème. Même avec une préparation minimale (renforcement des Sentinelles grâce à des fonctionnalités et de nouvelles techniques), seuls deux ou trois pics de difficulté se produisent.[…] En savoir plus sur le test.

Plus de scénario, déjà très bon à la base, mais un ajout lié aux combats.

Maintenant que le chemin du propriétaire a été refait, et je suis sûr que vous aurez de nombreuses références et clins d’œil en tête, dont un certain film “La guerre des mondes” -sans les citer tous ni spoilers-, parlons des changements apportés dans cette version de Switch.

Si la partie script ne comporte aucun élément supplémentaire, elle est toujours aussi riche, servie par une touche artistique sublime, et encore plus agréable à suivre en mode portable. Une palette graphique dessinée à la main aussi sublime que dans la version PS4, un vrai régal lors des phases 2D, nous vous éditerons également quelques mots un peu plus bas.

Côté scénario rien de nouveau à l’horizon donc, pour une petite nouveauté il faut plutôt recourir au système de combat en RTS. Ne vous attendez pas à des changements radicaux car sous ces battles au style graphique “minimaliste” et très très épuré, les protagonistes n’ont droit qu’à deux “armes” supplémentaires chacun pour un total de 26. Si cela reste utile notamment pour les plus regroupés lors des combats, franchement pas indispensable au vu de la difficulté.

Notez que, probablement pour ne pas confondre les gens ou éviter les erreurs, l’écran tactile n’est pas utilisé, du moins au moment de la rédaction, peut-être plus tard ? En revanche, si vous vous interrogez sur le mode portable, sachez que bien qu’il y ait de très très légers désagréments de lisibilité lors du repérage de votre curseur (pour déplacer les unités), le reste est au contraire suffisamment lisible. Aussi, même si ce portage est fait avec beaucoup de minutie, il y a quand même quelques baisses de framerate à certains endroits, mais rien de vraiment grave !

toujours aussi sublime

Comme nous le disions en amont, ce portage est d’excellente qualité, et ce format hybride reflète bien les possibilités de pouvoir y jouer n’importe où, à n’importe quel moment, par exemple lors d’un moment calme, ou de remplacer un livre de chevet par l’aventure colorée de ces treize personnages !

Une aventure menée par un character design et une direction artistique de haut vol. Chaque plan dessiné à la main – hors battles – reste tout aussi sublime avec ces tons et emplacements de couleurs judicieusement choisis, bien sûr nous ne les dévoilerons pas pour éviter le risque de spoilers pour les nouveaux venus. Sachez simplement que ce mélange de science-fiction et de culture traditionnelle fait des merveilles. Pouvoir suivre l’aventure “dans ta poche/dans ta main” met pleinement en valeur ces images, qui étaient déjà très belles avant cette adaptation.

Notons enfin que les sous-titres sont là encore en français très soigné -malgré de très, très légères erreurs typographiques-, et que les voix sont en japonais ou en anglais. De plus, contrairement à la version PS4, les deux doublages audio sont directement intégrés et n’ont pas besoin d’être téléchargés.

Testé sur le commutateur

Tous les amoureux de Nintendo Switch peuvent se réjouir, Vanillaware propose enfin de découvrir son dernier petit chef d’oeuvre, et il ne fallait pas le rater. Cette version n’a absolument aucune raison d’avoir honte de son homologue PS4, ses graphismes 2D sont toujours aussi beaux, son histoire est toujours aussi riche et prenante, et ses personnages sont attachants, de plus le format hybride se prête parfaitement à l'”expérience” . Un incontournable à (re)découvrir !

Leave a Comment