ADVERTISEMENT

à Amiens, ville natale d’Emmanuel Macron, l’hésitation des électeurs avant le second tour

Le bus part : nous sommes à Amiens Nord, quartier populaire dit « prioritaire », avec ses îlots à 70 % de logements sociaux. Près de 14 000 personnes y vivent, dont de nombreux électeurs qui ont voté au premier tour de l’élection présidentielle. Malgré les attaches locales d’Emmanuel Macron dans la capitale picarde, dimanche soir du premier tour de la présidentielle, c’est Jean-Luc Mélenchon qui l’a emporté avec 31,45% des suffrages, devançant ainsi le président sortant de 700 voix. (29,95%), plaçant Marine Le Pen en troisième position.

>> Présidentielle 2022 : tous les résultats près de chez vous

J’ai voté pour Jean-Luc Mélenchonsourit un électeur, un étudiant de 20 ans, qui souhaite rester anonyme.Je le suis beaucoup sur Twitter, sur les réseaux sociaux. L’accent est davantage mis sur la jeunesse. Et puis il n’y avait pas d’autre choix…», précise-t-il, avant de confier que pour le second tour, ce sera «le vote blanc“Un peu plus loin, Hamid, un agent de sécurité de 43 ans, sort sa carte d’électeur :”Ici, j’ai voté Mélenchon. Mais Marina demander à ne pas voter n’est pas bon. Nous voulons un changement !“, prétendant être”sûr et vrai“être prêt à voter pour le candidat RN au second tour.”Que nous reste-t-il ? Cinq ans seulement ! Puis s’il n’aime pas ça, il lâche prise !“, conclut-il.

ADVERTISEMENT

En route vers le centre, Sarah, 26 ans, qui travaille dans le marketing et la communication et qui est actuellement à la recherche d’un emploi, le dit sans ambages : “J’ai voté Mélenchon. Je n’ai pas voté par dépit, parce que c’est horrible et c’est un peu fort de dire ça. Mais on n’a pas forcément eu une campagne présidentielle à la hauteur de ce qu’on voulait. Au second tour, je voterai pour Macron, dans l’autre sens. Je ne veux pas voter Marine Le Pen“.

Dans ce bar, Béatrice tente sa chance avec deux cartes à gratter d’un euro. A 63 ans, cette ancienne employée de maison qui a eu cinq enfants n’est pas encore à la retraite : “J’attends 65 ans pour le minimum vieillesse. En attendant je vis avec le RSA, 497,30 euros. Je voterai pour M. Macron. Il est d’Amiens, il est très critiqué, il est là depuis cinq ans… Il n’a pas fait tout ce qu’on attendait. Mais avec le Covid, pensez-vous qu’il avait les mains libres ? Je pense que cela a bien fonctionné pendant le Covid.”Elle croit.

“Les gens ne sont pas contents parce qu’il veut repousser l’âge de la retraite, mais il faut être honnête, il faut le faire. Il faut arrêter de se plaindre”

Si Emmanuel Macron devance légèrement Jean-Luc Mélenchon à Amiens, Béatrice a sa théorie : « Amiens est une ville universitaire, il y a beaucoup de jeunes qui ont voté pour Mélenchon. Votre programme est très intéressant, pour les jeunes, c’est certain. Au deuxième tour, je vais y retourner, il y a beaucoup d’intérêt. J’ai un peu peur que Marine Le Pen passe. Cette femme me fait peur.” Béatrice glisse enfin.

ADVERTISEMENT

Alors, pour calmer les angoisses des partisans du président sortant, à Amiens, la ville qui a vu grandir Emmanuel Macron, ces militants lui transmettent ce mot : «Le patron venant nous voir, ça nous ferait plaisir !« Sourit Bruno Bienaimé, directeur départemental de La République en marche ».Le fait que Jean-Luc Mélenchon ait obtenu un meilleur score s’explique par le fait que le Parti socialiste disparaît purement et simplement. Nous sommes pleinement déterminés à vouloir la réélection d’Emmanuel Macron. Nous n’envisageons rien d’autre. Nous sommes humbles dans notre démarche, nous sommes très conscients que la société évolue, que nous avions un mandat très tendu. On continuera à expliquer ce qui sera positif au prochain mandat, mais ce sera plus difficile c’est sûr», avoue ce fidèle du président-candidat.

Il y a cinq ans, à Amiens, Emmanuel Macron battait facilement Marine Le Pen au second tour avec plus de 72 % des voix.

Leave a Comment