ADVERTISEMENT

aidez l’ESA à mieux comprendre la météo avec votre smartphone

L’Agence spatiale européenne a lancé Camaliot, une application de science citoyenne qui permet à chacun, y compris à vous, d’améliorer les prévisions météorologiques mondiales.

L’un des beaux aspects de la science est son universalité. Ce n’est pas réservé à une poignée d’élites en blouse blanche enfermées au fond d’un labo à la pointe de la technologie, loin de là ; Monsieur et Madame Tout-le-Monde peuvent parfaitement contribuer à des projets scientifiques divers et variés.

La prestigieuse Agence spatiale européenne (ESA) est l’une des institutions qui cherche régulièrement à collaborer avec le grand public ; Après votre travail sur une forme de vie étrange lancé dans les écoles françaises l’année dernière, l’agence vous propose aujourd’hui de rejoindre un large réseau d’utilisateurs d’Android qui souhaitent mettre leur récepteur GPS au service de la science.

ADVERTISEMENT

Rentabiliser un système déjà universel

Cela commence par Camaliot, une application publique programmée sous Unity et téléchargeable par tout utilisateur équipé d’un smartphone sous Android 7.0 ou supérieur. A terme, les ingénieurs espèrent même l’intégrer dans de nombreux objets connectés. Le principe est relativement simple et repose directement sur une technique de localisation bien connue : le GPS.

Cette technologie repose sur des satellites judicieusement placés sur des orbites très précises. Ils envoient en permanence des messages qui indiquent à la fois leur position et l’heure de transmission du signal. En comparant les retards des signaux de différents satellites entre eux et avec d’autres stations de surveillance, l’appareil peut dire où il se trouve sur Terre avec une grande précision.

C’est un système extrêmement robuste qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années. Mais les chercheurs de l’ESA ont trouvé une idée qui leur permet de tuer d’un seul coup ; Ils ont cherché à rentabiliser les allers-retours de ce signal entre la Terre et l’espace en lui faisant véhiculer des informations sur l’atmosphère qu’il traverse.

ADVERTISEMENT

En fait, physiquement parlant, un signal GPS n’est ni plus ni moins qu’une onde électromagnétique. Cependant, le comportement de ces derniers dépend des différents environnements qu’ils traversent. Certains paramètres, comme la teneur en eau, peuvent modifier significativement le parcours de l’onde.

Une base de données mondiale en constante évolution

En théorie, il est donc possible d’analyser ces différences pour en extraire des données météorologiques. Avec leur application, les chercheurs de l’ESA veulent tester ce concept à grande échelle. Et pour cela, il a besoin de beaucoup de collaborateurs comme vous !

A chaque contact avec un réseau de satellites de navigation (GPS ou autres), l’application détermine la force du signal, la distance au satellite et d’autres paramètres météorologiques externes. Pour l’ESA, l’objectif est de collecter autant de ces lectures que possible et de les combiner dans le même modèle statistique.

S’ils parviennent à constituer une base d’utilisateurs suffisamment large pour que les données soient significatives, ils auront alors le Saint Graal à leur disposition tous les jours. scientifiques des données : Une vaste base de données mondiale constamment mise à jour. Il ne reste plus qu’à la croiser avec toutes les autres données déjà à la disposition des météorologues.

Idéalement, ce nouvel ensemble de données sera utilisé pour alimenter divers systèmes basés sur l’apprentissage automatique afin d’affiner davantage les conclusions et ainsi fournir des prévisions météorologiques encore plus précises.

Comment participer à l’étude Camaliot ?

Pour faire entrer votre pierre dans cet édifice, rien de plus simple. commencer le téléchargement camaliote (en anglais) sur Google Play. Une fois installée, l’application vous invitera à placer votre appareil dans un endroit ouvert sans plafond ni plafond pouvant affecter le signal. Tout ce que vous avez à faire est d’appuyer sur “commencer l’inscription” sur le premier onglet pour démarrer la mesure.

Dès lors, votre appareil essaiera d’établir un contact avec différents réseaux de communication par satellite. Ce n’est pas nécessairement le réseau GPS ; Camaliot peut également consulter le réseau européen Galileo, Glonass, Beidou, etc. Vous en profiterez ensuite pour enregistrer des données sur l’atmosphère comme décrit ci-dessus. Vous pouvez ensuite publier vos résultats en ligne.

Veuillez noter que vous devrez créer un compte pour participer. Cameliot précise que l’application conservera le nom d’utilisateur, le mot de passe, l’adresse e-mail et les données atmosphériques mesurées. La FAQ précise que ces données sont «nécessaire à l’accomplissement par l’application de sa mission d’intérêt public, en l’occurrence dans le cadre d’une étude scientifique”.

Si le cœur vous en dit, vous pourrez même intégrer le classement mondial de l’application, qui récompensera les contributeurs les plus actifs ! Ils peuvent gagner des prix tels que des smartphones Android ou des cartes-cadeaux Amazon. Mais au final, la vraie récompense sera surtout de contribuer à un grand projet de science citoyenne !

Leave a Comment