Après Kechiche, un autre grand réalisateur français voit la sortie de son film bloquée – Actus Ciné

3 ans après Intermezzo d’Abdellatif Kechiche, film projeté à Cannes mais jamais sorti en salles depuis, un autre long métrage français est actuellement dans l’impasse, faute d’un réalisateur-producteur différent.

meilleure image

Alors que la sélection cannoise est présentée demain, moment important et incontournable de l’année du cinéma, certains cinéphiles se demandent encore si un jour on pourra voir ce film qui a tant fait parler le jour de sa présentation en compétition à Festival de Cannes Cannes 2019 : Mektoub My Love Intermezzo d’Abdellatif Kechiche.

3 ans après cette projection mémorable au Festival de Cannes, force est de constater que le film reste invisible. Pas de première prévue à l’horizon, en raison d’un différend entre son réalisateur et ses producteurs-distributeurs. Des rumeurs d’un nouveau montage avaient circulé, mais depuis plus d’un an on n’avait plus de nouvelles du film, ni de sa situation juridique précise.

Mektoub My Love : enfin une sortie proche pour Intermezzo, la suite controversée du film de Kechiche ?

Pour la petite histoire, ce film est un intermède entre Mektoub My Love Canto Uno et Canto Due, présenté dès le départ sous forme de diptyque, et suit Amin et ses amis à la rencontre de Marie, une jeune étudiante parisienne, alors que la fin du film approche. été. .

Le nouveau Doillon dans l’impasse

Comme le rappelaient Les Cahiers du cinéma dans ses numéros de mars et avril 2022, un autre film français est actuellement en situation de “blocage” (ou d’un film dit “à propos de“) entre un cinéaste et sa production, empêchant ainsi sa sortie en salles. Il s’agit du dernier long métrage de Jacques Doillon, CE2.

Comme son nom l’indique, le film est centré sur de jeunes écoliers, un long métrage qui a marqué les retrouvailles du cinéaste avec le thème de l’enfance, thème qu’il a fréquemment exploré tout au long de sa carrière. Le film avait été présenté en avant-première au Festival d’Angoulême, en août 2021, lors d’une séance spéciale en présence de Brigitte Macron. Le CE2 reste pour l’instant sans date de sortie.


meilleure image

Brigitte Macron, Jacques Doillon et leur fille Lina au 14e Festival du film francophone d’Angoulême, le 25 août 2021.

Le réalisateur Jacques Doillon et son producteur Bruno Pésery se sont exprimés tour à tour, dévoilant un réseau différent autour du film. Dans une longue interview accordée au magazine Les Cahiers du Cinéma, à l’occasion de la première de plusieurs de ses films précédents, Jacques Doillon a d’abord expliqué qu’il n’avait plus de nouvelles de sa société de production ou de son distributeur :

après assemblement [de CE2]le producteur [Bruno Pésery] Il a exprimé sa satisfaction, mais quelques jours plus tard, j’ai reçu un e-mail qui soulignait avec autorité tout ce qui devait être coupé ou modifié. Je ne sais vraiment pas ce qui l’a fait changer d’avis, mais je lui ai dit que les changements qu’il proposait ne me convenaient pas, qu’ils n’apportaient rien au film.», peut-on lire dans l’édition de mars du magazine du cinéma.

Depuis que j’ai commencé à tourner, c’est la première fois qu’on me demande de modifier un montage. Je suis resté inflexible.

Depuis que j’ai commencé à tourner, c’est la première fois qu’on me demande de modifier un montage. Je suis resté inflexible. Pourtant, le film a été projeté à Angoulême, poursuit le réalisateur dans les colonnes du magazine, dans la version qui me convient, il y a été bien reçu, et je pensais que j’allais créer une ouverture, mais je n’avais aucune nouvelle, pas même de le distributeur. , ni le producteur, ni l’attaché de presse. Le CE2 a été sélectionné à Rotterdam sans en être informé ni savoir quel montage était présenté.”

Dans le dernier numéro des Cahiers du Cinéma, le producteur Bruno Pésery a écrit une longue réponse, publiée dans la rubrique Courrier des lecteurs, donnant sa version de la situation du film.

Se référant à la suite de l’interview du cinéaste (à retrouver en intégralité dans le numéro de mars), le producteur écrit : “Jacques déplore une époque (“avant de“) où l’étape est lue, “une fois sorti, (le film) a cessé d’être un sujet de discussion“.un moment où”le coût, la date, c’était décidé par les acteurs, je ne voyais plus personne. C’était effrayant (…), mais avec une terreur extrêmement heureuse parce qu’ils me faisaient entièrement confiance“. Que Jacques ait vécu des situations similaires est une certitude, mais cela a moins à voir avec le temps qu’avec les circonstances ou l’écosystème dans lequel nombre de ses projets ont été développés. Il ne sera jamais d’accord et préfère depuis vingt-trois ans changer de producteur à chaque film.”

Vouloir renouer avec les conditions “d’avant”, repousser toute discussion un peu précise du scénario ou se replier dans sa chambre normande pour monter “son film” n’est pas en soi critiquable.

“Vouloir renouer avec les conditions de”avant de“, refusant toute discussion un peu précise du scénario ou se retirant dans sa chambre normande pour monter à l’étage”ton film” ne peut être critiqué en soi. Je l’ai même accepté car la confiance était toujours là et peu de choses, dans la relation avec un auteur, devaient être démenties a priori. Mais, sans offenser Jacques, le temps est venu où le film est à nouveau “un sujet de discussion», non pas à la fin du montage tel qu’il l’a vécu et le raconte, mais avec la présentation de sa première version. (…)”

Selon le producteur, il ne s’agit pas d’un “blocus”, mais d’un film “inachevé”

“Son refus de dialoguer n’a pas abouti à ce que le film soit”bloqué» Mais il reste, seize mois après le tournage terminé, inachevé, dans le sens où il refuse de proposer une nouvelle version que l’on sache accepter. (…)”

“Une telle situation est une défaite pour chacune des parties, le réalisateur et son producteur, dont la co-responsabilité”,avant de“Comme aujourd’hui, il reste à partager la même vision d’un projet pour le réunir avec l’ambition la plus affirmée jusqu’à sa révélation à un large public attendu. (…)”.

Quel avenir pour la visibilité de ce film compte tenu de cette différence ? Une sortie pourrait-elle être envisagée ultérieurement ?

Le synopsis du CE2 : Dans une cour d’école. Kevin : C’est parce que je pense que tu es belle… belle comme une princesse… c’est pour ça. Que tu m’embrasses pour que tu sois ma petite amie et que je ne vole plus ton goûter. Claire : mais je ne veux pas (t’embrasser) ! Kevin (amusé) : Vraiment ? Et puis il essaie de la forcer à l’embrasser sur la bouche, elle se débat. Il soulève sa robe et commence à doigter sa culotte. Claire panique, elle hurle, Kevin s’arrête de jouer et s’inquiète, malgré le bruit de la récréation. Il part, non sans la menacer. Kevin : tu verras si tu signales…

Le casting du film comprend Roxane Barazzuol, Cyril Sader, Madeline Knoll Relot, Nora Hamzawi, Alexis Manenti, Doully…

Cannes 2017 : “Rodin est d’une immense sensualité”

Pour mémoire, le dernier long métrage sorti en salles est Rodin, avec Vincent Lindon, présenté en compétition au Festival de Cannes 2017.

Leave a Comment