ADVERTISEMENT

Automobile : le Maroc reste le leader africain du segment des voitures particulières devant l’Afrique du Sud

#Maroc : Selon l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA), en 2021, environ un million de véhicules ont été produits en Afrique. L’Afrique du Sud et le Maroc assurent plus de 90% de cette production et le royaume reste le premier constructeur de voitures particulières du continent.

Malgré les effets de l’annonce et l’ouverture de petites unités d’assemblage dans certains pays africains, la production automobile ne décolle pas en Afrique. Ainsi, selon les données de laOrganisation internationale des constructeurs automobiles (OICA), pour l’exercice 2021, pour une production mondiale de 39 pays constructeurs automobiles s’élevant à 80,14 millions de véhicules, largement dominée par les Asiatiques (46,73 millions d’unités), la part de l’Afrique n’est que de 931 056 unités, ce qui représente une part de marché de 1,16% . .

Cela signifie que, bien qu’elle représente 17 % de la population mondiale, l’Afrique figure à peine dans le paysage mondial de la construction automobile, à l’exception toutefois de deux pays : l’Afrique du Sud et le Maroc. En effet, selon les données de l’OICA, ces deux pays produisent la quasi-totalité des véhicules fabriqués en Afrique en 2021, année marquée, il est vrai, par la crise sanitaire qui a pesé sur certains petits producteurs du continent en raison notamment , aux freins liés aux restrictions sanitaires.
Cependant, selon les données de l’OICA, les quatre pays africains répertoriés par l’organisation – l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Egypte et l’Algérie – ont produit un total de 931 056 unités.

ADVERTISEMENT

>>> LIRE AUSSI : Construction automobile : l’Afrique du Sud et le Maroc comme locomotives

L’Afrique du Sud est le principal producteur de véhicules du continent avec 499 087 unités assemblées en 2021, contre 447 213 unités en 2020 et 631 921 unités en 2019. Une baisse qui s’explique principalement par les effets de la pandémie de Covid-19 ces deux dernières années. qui a eu un impact sur le secteur automobile sud-africain. Être le pays le plus touché par la pandémie sur le continent africain.

Dans le détail, la production sud-africaine se compose de 239 267 voitures particulières et de 259 820 véhicules utilitaires et industriels.

ADVERTISEMENT

Abritant sa première chaîne de montage automobile en 1924, l’Afrique du Sud compte de nombreux établissements majeurs dans le secteur mondial de la fabrication automobile. Le pays compte une dizaine de constructeurs dont BMW, Chrysler, General Motors, Fiat, Ford, Toyota, Volkswagen, Mercedes-Benz, Isuzu, Renault-Nissan, Man, Tata, DAF Trucks, FAW,…

>>> LIRE AUSSI : Algérie. Fabrication automobile : quand Tebboune reproche à Renault le succès de son usine marocaine

Cependant, la production locale sud-africaine, qui a été touchée par la pandémie ces deux dernières années, souffre de plusieurs maux : coupures d’électricité, crise économique, concurrence des petites unités d’assemblage en Afrique (Ghana, Nigeria, Namibie, Rwanda, …) , éloignement des principaux marchés (Etats-Unis, Europe,…),…

Derrière l’Afrique du Sud se trouve le Maroc avec 403 007 unités produites en 2021, un volume supérieur de 23 % à l’année précédente. Dans le détail, la production marocaine comprend 338 339 voitures particulières et 64 668 véhicules utilitaires. Ainsi, le royaume conserve largement sa position de leader africain de la construction de véhicules particuliers devant l’Afrique du Sud (239 267 unités). Leader sur ce segment depuis 2017, l’écart de production de voitures particulières devrait encore se creuser avec l’augmentation de la production de l’usine PSA. Elle a subi la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 qui a touché le secteur automobile mondial.

>>> LIRE AUSSI : Automobile : l’Egypte se prépare à lancer la production de voitures électriques

Cependant, contrairement à l’Afrique du Sud, le Maroc ne compte que deux constructeurs automobiles mondiaux établis. Il s’agit des groupes français, Renault, à Tanger et PSA, à Kénitra. L’usine Renault de Tanger à Melloussa est la plus grande usine automobile d’Afrique avec une capacité de 340 000 unités par an. Avec les unités Renault de Tanger et Casablanca (Somaca) et l’unité PSA de Kénitra, le Maroc dispose d’une capacité de production installée de plus de 650 000 unités par an.

L’industrie automobile marocaine bénéficie de nombreux atouts : l’existence d’un écosystème automobile avec plus de 350 équipementiers, fournisseurs et sous-traitants, la proximité géographique avec le marché européen, l’existence de centres de formation professionnelle, la stabilité politique et économique, l’existence de la qualité (Port de Tanger Med, chemin de fer, autoroutes, etc.), incitations fiscales et avantages offerts aux investisseurs, etc.

>>> LIRE AUSSI : Algérie. Fiasco automobile : pas de voitures neuves, pas de pièces détachées et des concessionnaires désespérés

Pour les prochaines années, les autorités marocaines entendent atteindre 1 million d’unités produites sur le sol marocain en attirant de nouveaux constructeurs. Les cibles sont Toyota, Hyundai, Ford, Volkswagen et les constructeurs chinois.

Loin derrière l’Afrique du Sud et le Maroc, les autres constructeurs automobiles africains restent des nains, même s’il existe une volonté de la part de nombreux pays africains d’intégrer le secteur.

Ainsi, selon les données de l’Organisation internationale des constructeurs automobiles, l’Égypte se classe au troisième rang des constructeurs automobiles du continent, avec toutefois une faible production de seulement 23 754 véhicules produits en 2021. Cependant, de nombreux constructeurs sont implantés dans le pays : BMW , General Motors, JAC, PSA, Deawoo, Ford,… Et le pays compte une vingtaine d’assembleurs avec une capacité de production annuelle cumulée de 300 000 unités et quelque 300 équipementiers et sous-traitants automobiles. Cependant, la production automobile ne se poursuit pas.

>>> LIRE AUSSI : Industrie automobile : comment le Ghana devient lentement une plaque tournante de l’assemblage de véhicules

Le pays ne parvient pas à exploiter son énorme potentiel. Plusieurs projets de construction automobile ont été annoncés ces dernières années. En 2019, la société japonaise Nissan et le constructeur automobile El Nasr Automotive Manufacturing ont signé un accord avec l’objectif de produire 100 000 véhicules par an. En 2021, El Nasr a également annoncé la production de véhicules électriques, à grande échelle, à partir d’août 2022, en partenariat avec la société chinoise Dongfeng Motors Corporation. Cette unité est censée démarrer en août 2022 avec une production initiale de 50 000 unités par an. Ces véhicules devraient progressivement remplacer les taxis classiques dans les grandes villes et réduire la pollution.

Enfin, pour l’Algérie, la production automobile n’était que de 5 208 unités en 2021. Un volume à lui seul qui témoigne du fiasco de l’industrie automobile du pays, quasiment à l’arrêt depuis fin 2019.

Plusieurs assembleurs automobiles (Volkswagen, Kia, etc.) ont été fermés faute de possibilités d’importer des kits automobiles. D’autres sont paralysés par l’arrestation de leurs mentors emprisonnés dans le cadre des procès lancés contre des oligarques proches de l’ancien régime Bouteflika.

>>> LIRE AUSSI : Automobile : la Tunisie envisage de porter ses exportations de composants à 4,64 milliards de dollars

En conséquence, la production, qui avait atteint 180 000 unités en 2018, est tombée à 60 012 unités en 2019, tombant à 754 unités en 2020, avant de remonter à 5 208 unités en 2021, sous l’effet de la politique des dirigeants qui a mis fin à la mascarade de l’assemblée. avec des kits de voiture importés. En effet, certaines usines de montage automobile importaient des voitures entièrement assemblées, ne manquant parfois que les roues à installer en Algérie et donc sans aucune valeur ajoutée locale. Seulement, depuis fin 2019, aucune alternative crédible n’a été proposée au secteur de l’assemblage automobile. Et toutes les unités sont à l’arrêt, sauf celle de Renault Production Algérie qui fonctionne actuellement en mode ralenti.

>>> LIRE AUSSI : L’homme le plus riche d’Afrique se diversifie dans l’assemblage automobile

En plus de ces 4 pays, le Nigeria, le Ghana, le Kenya, le Rwanda, la Namibie, la Côte d’Ivoire, etc., se sont lancés dans l’assemblage automobile. La production reste globalement insignifiante. La crise sanitaire a fortement impacté le secteur. Cependant, la production nigériane pourrait augmenter considérablement à partir de cette année avec l’entrée d’Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, dans le secteur de l’assemblage automobile.

Leave a Comment