CAC 40 : Sources de tension persistantes

(BFM Bourse) – L’indice CAC a continué de baisser hier, pour la troisième clôture consécutive dans le rouge (-0,57% à 6.461 points), la motivation des opérateurs a été perturbée par le ton résolument offensif de la Fed. est toute la question de la probabilité d’un Atterrissage en douceur (atterrissage en douceur) qui est relevé. “Lors de son discours sur la stabilité des prix, Jerome Powell a reconnu que le contexte actuel ne rendait pas évident un “atterrissage en douceur” de l’économie”, soulignent les stratèges de Lazard Frère Gestion dans une note sur la situation. “En d’autres termes, la Fed pourrait avoir besoin de mettre en œuvre un très fort ralentissement de la croissance pour apaiser les tensions sur le marché du travail et freiner les pressions inflationnistes, qui continuent de se renforcer.”

Un ton offensif, pas encore agressif, qui interroge aussi de ce côté-ci de l’Atlantique. « Alors que les tensions inflationnistes devraient persister, la BCE n’aura d’autre choix », selon Thomas Giudici, co-responsable de la gestion obligataire chez Auris Gestion, « que d’accélérer la normalisation de sa politique monétaire, probablement plus vite que le marché. ” anticipe, avec une hausse des taux à partir de septembre. » Pour rappel, la BCE achève une réunion de son conseil des gouverneurs la semaine prochaine.

“Le passage d’un régime de forte inflation et de forte croissance à un régime de forte inflation mais de croissance plus faible affecte évidemment la performance des différentes classes d’actifs et secteurs. Le potentiel de hausse des marchés actions est plus limité en général et les secteurs défensifs (santé, finance, consommation de base, etc.) surperforment les secteurs cycliques », résument Laurent Gonon, Chief Investment Officer et Warin Buntrock, Deputy Chief Investment Officer chez BFT IM

Alors que les investisseurs ont les yeux rivés sur les autorités monétaires, les tensions diplomatiques persistent et s’intensifient entre Moscou et l’Occident. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a convoqué jeudi à nouveau l’ambassadeur de Russie à Paris, à la suite d’un tweet jugé “indécent” par l’ambassade sur les exactions commises dans la ville ukrainienne de Boutcha. Les Etats-Unis, pour leur part, ont annoncé mercredi une nouvelle série de sanctions économiques et financières contre la Russie et, en Europe, le président du Conseil européen, Charles Michel, a estimé que l’UE devrait “tôt ou tard” imposer des sanctions sur le pétrole entreprises et compagnies gazières russes. . Invités à voter, les députés européens sont allés dans ce sens en se prononçant par 413 voix (93 voix contre) sur l’amendement sur l’embargo sur le pétrole, le gaz et le charbon.

J Biden vient d’annoncer une nouvelle série de sanctions contre Moscou, visant le secteur bancaire et… les propres filles du dictateur. Le Kremlin s’est dit “déconcerté”…

En termes statistiques, la dynamique de la production industrielle allemande s’est établie à 0,2 % sur le mois de février, légèrement au-dessus des attentes. Outre-Atlantique, les nouvelles demandes d’allocations chômage aux Etats-Unis se sont fortement contractées de 166 000 pour la semaine 13, dépassant l’objectif.

En termes de valeurs, plusieurs dossiers défensifs ont réussi à tenir le coup, commeair liquide (+0,05% à 160,24 euros), Sanofi (+1,56% à 99,91 euros), voire danone (+1,88% à 51,60 euros), parmi les plus emblématiques.

Outre-Atlantique, les principaux indices actions sont parvenus à réduire très légèrement leurs pertes hebdomadaires ce jeudi, comme le Dow Jones (+0,25% à 34.583 points) ou le Nasdaq Composite (+0,06% à 13.897 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l’appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a glissé de 0,43% à 4 500 points.

Un point sur les autres classes d’actifs risqués : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique s’échangeait à un niveau proche de 1,0860 $. le baril de WTIl’un des baromètres de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, se négociait 96,30 $.

A suivre en priorité, au programme de ce vendredi, les stocks des grossistes américains à 16h00.

ÉLÉMENTS GRAPHIQUES CLÉS

Les 6 760 points, que nous identifiions jusqu’à présent comme un plancher progressivement affaibli, ont cédé, dans un large écart le jeudi 24/02, ouvrant la voie à une nouvelle phase de marché. Rappelons que l’indice a dessiné du 16 au 18 février une combinaison de bougies à trois corbeaux. Cette combinaison a été immédiatement suivie d’une structure engloutissante baissière très significative, accompagnée de volumes qui n’ont pas hésité pour une séance, ne l’oublions pas, sans benchmarks américains en raison d’un jour férié. La dernière phase d’affaiblissement dudit support aura donc été agressive.

Le revers du vendredi 25/02 a été d’une précision chirurgicale. Une phase de forte volatilité a ainsi commencé. Le marubozu scolaire tiré au sort le mardi 03/01 est une première étape. Deuxième étape le vendredi 04/03 avec une bougie du même type (ouverture aux points hauts, clôture aux points bas) sur des volumes encore plus alimentés. Une nouvelle tranche baissière s’ouvrirait sous les 6 000 points, déjà cassés le lundi 07/03, avant la formation d’un rebond contesté.

Mercredi 09 mars, nous avons assisté à la première phase d’un rebond protestataire explosif, qui a repoussé l’indice vers sa moyenne mobile à 100 heures (en orange en vue horaire), une courbe qui conserve un biais baissier marqué. L’écart du mercredi 16 mars n’est pas un signal pour acheter à nouveau et donc la phase de forte volatilité n’est pas encore terminée. Le montage, sous la forme d’une combinaison de bougies, en trois corbeaux noirs lors des trois dernières séances de la semaine 12, appelle à la plus grande prudence. Comme il le montre Harami Immédiatement après, il a retracé une reconquête de 6 760 points, pour une seule clôture, celle du 29 mars.

Proposition d’avis négatif et neutre à travers la session unique à venir.

PRÉVOIR

Au vu des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, nous sommes neutres sur l’indice. ACC 40 court terme.

On aura soin de préciser qu’un croisement de 6760,00 points relancerait la tension à l’achat. Alors qu’une cassure de 6055,00 points relancerait la pression vendeuse.

tableau de données horaire

CAC 40 : Sources persistantes de stress (©ProRealTime.com)

Graphique sur les données quotidiennes

CAC 40 : Sources persistantes de stress (©ProRealTime.com)

©2022 Sac BFM

Leave a Comment