ADVERTISEMENT

Ce livre qui les unit

Marie-Chantal Perron nous offre son premier roman. Il est illustré par la comédienne Geneviève Boivin-Roussy. Une alchimie artistique palpable est née de cette collaboration entre les deux comédiennes…

ADVERTISEMENT

Le fruit de leur travail commun atteint les librairies. Les Signes de Marie-Chantal Perron Les douze mois de Marie, contenant des images de Geneviève Boivin-Roussy. “J’ai eu l’idée d’un roman graphique, qui était comme un calendrier dans ma tête. L’idée ne s’est pas déroulée comme prévu au départ. Mon histoire a continué à se dérouler. Finalement, je me suis dit que ce serait un roman, explique Marie-Chantal. Alors les éditeurs m’ont dit qu’il serait possible d’avoir des illustrations. A cette époque, je tournais dans Toute la vie et j’ai rencontré Geneviève Boivin-Roussy. Je la connaissais en tant qu’actrice, mais pas en tant qu’artiste plasticienne. Nous avons commencé à parler et sommes tombés amoureux l’un de l’autre. J’ai même remercié le directeur de Toute la viequi nous a mis sur le chemin de l’autre.”

Geneviève a été conquise par le projet de son partenaire. « J’ai trouvé votre sujet touchant. L’héroïne du livre, Marie, songe à quitter son mari, mais si elle le fait, elle quittera aussi sa belle-fille, Prunelle, qu’elle a vu grandir et à qui elle est attachée. « C’est quelque chose dont on ne parle pas, un sujet tabou, avoue l’illustratrice. Avant même de lire le roman, j’avais des images qui me traversaient l’esprit.

Pour raconter cette histoire dans laquelle on devine le chagrin d’une belle-mère pour sa belle-fille, Marie-Chantal s’est un peu inspirée de son expérience, mais ce n’est pas autobiographique. « Tout acte créatif part d’une impulsion du cœur, avoue l’auteur. Mais ensuite je me suis tourné vers la fiction, car cela me permettait de perdre une certaine pudeur. Je voulais parler de ce type particulier de deuil à notre époque. « Nous sommes dans une société divorcée où les familles se recomposent, mais où les familles recomposées se désagrègent aussi. Il y a une zone grise. Qu’en est-il des beaux-parents qui ont côtoyé de jeunes enfants et qui quittent le conjoint ? Ils ont développé des liens qui ne sont pas reconnus par la loi, mais qui sont forts.

UN PIRATE

L’auteur surnomme l’illustrateur « mon pirate ». « Je lui ai donné ce nom car il est venu gentiment piller des choses chez moi pour s’inspirer et composer ses illustrations. Elle a bouleversé mon atelier, a pris des choses chez moi et est repartie avec trois ou quatre cartons. Pour Marie-Chantal, le côté visuel d’une œuvre littéraire est fondamental. « Je ne sais pas ce que sera ma vie d’auteur, mais je sens que l’image sera toujours là. J’aime ça, parce que ça soutient, adoucit, souligne, soutient… J’aime qu’il y ait des images dans les romans.

Ce livre qu’ils ont créé ensemble leur a été bénéfique. “Dans le contexte actuel, avec tout ce qui s’est passé, ça nous a fait du bien de nous sentir comme des boules de lumière”, raconte la créatrice.

PARLER AVEC DES IMAGES

Le dessin est venu très tôt dans la vie de Geneviève Boivin-Roussy. « Quand j’étais très jeune, je ne parlais pas. Ma mère a pensé que j’étais stupide jusqu’à l’âge de deux ans. Mais je dessinais constamment. Il a peint des murs à fresque et était imparable. L’envie de dessiner était plus forte que moi, avoue l’illustratrice. j’ai même mangé ma pâte à modeler; ma mère a dû le cacher. Les couleurs me plaisaient de manière viscérale. Je sens dans ma bouche ce qu’ils savent. Quand je regarde une œuvre et que je l’aime, c’est comme si je regardais le plus beau gâteau du monde. Aussi, je trouve que la cuisine et l’art se complètent à merveille. Le dessin, la peinture et le collage ont toujours fait partie de la vie de Geneviève, et elle a maintenant sa propre galerie d’art, la Galerie G de BR.

Une ballade

Les douze mois de Marie est aussi un podcast sur Oh cher. « Cela a été fait en novembre dernier. Le roman était bien avancé, mais pas au stade final. Le podcast est donc une autre version ».

De plus, il n’est pas exclu que les deux femmes, qui ont développé un lien d’amitié, travaillent ensemble sur de nouveaux projets. “Nous nous réjouissons d’une longue collaboration.”

Le roman Les douze mois de Marie, signé par Marie-Chantal Perron et illustré par Geneviève Boivin-Roussy, il sortira en librairie et sur les sites de vente de livres en ligne le 6 avril.

Leave a Comment