Christophe Dechavanne est le sergent-chef William Perrin dans “Capitaine Marleau”

Direction la côte basque pour le Capitaine Marleau (Corinne Masiero)qui doit éclaircir le meurtre de la jeune Magali (Marilyn Lima), ancienne employée du restaurant branché de la belle et mystérieuse Lana Delaunay (Laura Smith). Dans son enquête, Marleau est épaulé par le sergent-chef William Perrin, incarné par Christophe Dechavanne. C’est la bonne surprise de cet épisode. Le pilote de 64 ans, plus connu pour ses cascades aériennes que sa sobriété, donne l’impression d’être parfaitement à l’aise dans son rôle. Se réunir.

Le scénario. « Au début, mon personnage était grand, gros et bronzé. Je pensais que ça allait être compliqué. J’avais fait deux lectures avec le directeur de casting, car ils hésitaient entre différents rôles, et finalement ils m’ont choisi pour jouer ce William Perrin. Il était évidemment très heureux d’être le partenaire de Marleau. J’ai rencontré la réalisatrice Josée Dayan dans un café à Paris. J’attendais qu’on se calme, qu’on discute de ce qu’elle voulait de mon rôle, mais ça a duré dix minutes. Surmonter! Elle est ainsi. Elle sait ce qu’elle veut. Il faut que ça aille vite. »

La rencontre avec Corinne Masiero. ” Son Ça s’est fait le premier jour du tournage, à Biarritz, en plein air et en pleine tempête. Nous nous rencontrons dans une minute. Je suis aussi un peu un animal… J’avais lu beaucoup de choses et entendu beaucoup de gens en parler. Je peux comprendre que ça agace certaines personnes, c’est un peu “clivant”, mais au fond on s’en fout ! Je ne fais pas partie de ceux qui se décident. J’attends de voir. Au contraire, quand on me dit que quelqu’un est bizarre, ça m’excite encore plus. Dans ce cas, elle est sympathique, complètement pouah et une très bonne actrice.

À propos de mon, Peut-être ai-je été précédé par la réputation de ce que j’étais avant, c’est-à-dire un homme un peu directif, un peu compliqué, difficile à rentrer dans un moule, qui m’a donné du mal et du plaisir tout au long de ma carrière. Mais je ne me suis pas vraiment posé la question. Je pense avoir fait quatre ans de psychothérapie avec cette séance : j’ai été d’une sagesse exemplaire, j’ai attendu mon tour et j’ai fait de mon mieux. »

Le tir. « Je suis venu en tant que débutant. Il avait tourné les deux autres téléfilms dans une autre vie, un autre mouvement, un autre état psychologique. J’ai beaucoup travaillé pour ça, parce que je veux vraiment être acteur. J’ai toujours rêvé de cela. Pourquoi ne pas commencer une nouvelle carrière dans 64 balais ? Aussi, évidemment, il n’y a pas trop d’agitation en dehors de la télé… C’est mieux si je me tais, sinon je vais passer pour un idiot, mais j’ai besoin de m’exprimer artistiquement. Je pense que j’ai réussi à lâcher prise sans m’en rendre compte, et encore plus que lorsque j’hébergeais heure de grande écoute en direct. Notamment à cause d’une scène très intimiste à la fin, qui m’a beaucoup stressé. Je voulais le refaire, mais Josée m’a dit que c’était super du premier coup. Il faut savoir recevoir des compliments…

J’ai beaucoup appris des autres acteurs. Parfois, je les regardais et je me disais : « Je ne sais pas comment faire ça. Par exemple, je rêverais d’un rôle difficile. Je me suis dit en voyant Clovis Cornillac dans le serpent, il y a quelques années, j’aimerais jouer comme ça. Ou le rôle crapuleux d’Alain Chabat dans mauvaise herbe maudite. Avant d’arriver à ce niveau, il va falloir dérouler une petite boule de poils ! »

Le résultat. ” Je n’ai pas encore vu l’épisode ! Je te donne ma parole. J’étais seul pendant trois jours, le week-end dernier, l’ordinateur était à côté et je ne pouvais pas l’ouvrir. J’ai une vraie serrure. Je devrais voir mon psychiatre, mais je n’ai pas eu le temps! Et pourtant, tous les proches dont l’avis compte pour moi m’ont dit que mon travail n’était pas mauvais. Je pense que je vais le voir en direct, mais je ne suis même pas sûr. »

Télévision. « A part peut-être un jeu, ludique bien sûr, la seule chose qui m’intéresserait de présenter aujourd’hui serait un spectacle d’accueil, comme Michel Drucker, pour recevoir des artistes. J’admire beaucoup les acteurs, mais aussi les chanteurs. Quand je les vois tenir une chambre, je me dis que ça doit être fou. Je regarde des magazines et des séries d’actualités… A part ça… Oh oui, sur Hitler, je suis imbattable. J’ai vu d’innombrables documentaires. Je ne sais pas ce que j’ai avec Hitler et la Seconde Guerre mondiale… »

Le retour de « Sky mon mardi ? » ” Non ! Ce n’est plus possible. Pas dans cette entreprise. A cette époque, on restait jovial, même avec de lourdes questions sur le papier. Aujourd’hui, il y a trop de tensions. Les réseaux sociaux sont très violents. le sujet ! Et le complot est absolument terrifiant. Quant à l’anonymat, ça me dégoûte, ça me fait penser aux Français qui envoyaient des lettres anonymes pour dénoncer les juifs. L’anonymat sur les réseaux devrait être interdit. Sans parler du mal que ça fait aux jeunes. J’ai d’excellentes conversations avec ma plus jeune fille, en particulier sur Instagram, ce qui, je pense, influence beaucoup le comportement des jeunes, et pas nécessairement dans le bon sens.

Note de l’éditeur :

« Capitaine Marleau. hors saison », Téléfilm réalisé par Josée Dayan, avec Corinne Masiero, Laura Smet, Christophe Dechavanne, Marilyn Lima… 90 minutes.

Leave a Comment