Contre France – Afrique du Sud – Didier Deschamps, nouveau paradigme : “Ne pas bloquer mais créer plus de danger”

Le label est avec lui depuis si longtemps qu’il a été jugé impossible de décoller. Il faudra plus qu’un Euro raté et une rentrée réussie pour s’en débarrasser, mais dans son discours comme sur le terrain, Didier Deschamps opère doucement un changement de paradigme. Lui, le pragmatique à qui on avait reproché d’avoir remporté la Coupe du monde sans jouer comme beaucoup l’auraient souhaité, n’a cessé ces derniers mois de faire avancer le curseur.

C’était peut-être la prochaine étape logique. Après les tâtonnements et les doutes qui ont accompagné les Bleus jusqu’au Championnat d’Europe, il fallait évoluer. Le 3-4-3 était pourtant tout sauf évident, malgré le retour de Karim Benzema. Deschamps l’avait essayé, plusieurs fois, sans que la greffe ne s’installe enfin. Le coup qu’il a subi l’été dernier l’a peut-être convaincu que les meilleures confitures sont faites par des personnes âgées.

matchs amicaux

De Lille à Doha : Mbappé, huit mois pour prendre le pouvoir

IL Y A UNE HEURE

Souffrez moins, prenez des risques

Son mérite aura été d’être têtu. L’arrivée de Théo Hernandez a tout fait basculer et lors des dernières sorties des Bleus, jusqu’au match de vendredi dernier face à la Côte d’Ivoire, le sélectionneur tricolore a fait des choix tactiques qui, de loin, tranchent assez clairement avec le passé. Ils sont supposés

Giroud, le but qui change tout ? “Même si je marque 6 contre l’Afrique du Sud, rien ne change”

Lundi, à la veille d’affronter l’Afrique du Sud en amical, Raphaël Varane souligné les difficultés de défendre en tête-à-tête, plus fréquentes dans le nouveau dispositif tactique des Bleus. Deschamps a préféré le mettre comme condition : “nous pouvons nous rencontrer un par una-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Sinon on se retrouve cinq défenseurs derrière et ce n’est pas ce que je veux.Certes, le Basque n’est pas devenu d’un coup Guardiola ou Bielsa et la notion d’équilibre reste centrale, mais désormais, l’ancien milieu de terrain imagine son équipe plus entreprenante.
Un bloc compact oui, mais le principal c’est qu’en phase de reprise avec agressivité on ne voit pas un contre unIl expliqua. Je ne choisis pas ce système pour bloquer mais pour créer plus de danger.. La Côte d’Ivoire nous a donné du fil à retordre sur le côté gauche mais il n’a pas résolu ceux qui lui étaient demandés. Je ne veux pas qu’on se limite parce qu’il y a danger. Ce n’est pas un risque. c’est ma ligne.”

Pourquoi rester derrière si on a le ballon ?

Avec sa fourche offensive et deux hommes extrêmement dangereux dans les couloirs, Deschamps sait que son dispositif est une solution pour les Bleus et une équation pour l’adversaire qu’elle-même doit être résolue pour inverser le rapport de force. Ce n’est pas rien. Il y a quatre ans, au lendemain du titre remporté en Russie, le discours était beaucoup moins volontariste. “Moi, je prépare mon équipe pour mettre l’adversaire dans la plus grande difficulté.justifié le sélecteur sur les colonnes de L’équipe. Mais si on n’a pas le ballon, il faut aussi savoir s’adapter à cette situation. Nous n’avons pas décidé de défendre pour défendre. C’est l’adversaire qui nous force à le faire.”

Meilleur semestre : pourquoi Tchouaméni a mis Rabiot en rétro

A cette époque, Deschamps défendait encore un 4-2-3-1 asymétrique où Blaise Matuidi assurait une sécurité supplémentaire à l’arrière gauche. Aujourd’hui, il n’impose même pas de compensation pour les joueurs à deux couloirs. “Pourquoi rester derrière si on a le ballon ?a-t-il demandé lors d’une conférence de presse. Ils sont là pour utiliser la largeur. Si l’un est élevé, vous pouvez avoir un peu plus de sécurité de l’autre côté et c’est ce que Kingsley a fait vendredi. Mais sinon, nous partons à trois heures. [défenseurs centraux] et c’est à eux [les pistons] occupe la largeur.”

L’entraîneur a même fait passer ses joueurs pour les plus craintifs. Quoi qu’il en soit, il a répondu, avec le sourire, au petit commentaire de Raphaël Varane sur les duels en tête-à-tête : “Je sais que plus les défenseurs sont protégés, plus ils sont calmes…“.

matchs amicaux

Grands débuts pour Saliba et Clauss, un doute en attaque : la probable composition des Bleus

IL Y A 5 HEURES

matchs amicaux

Varane : “Sans crainte de l’accueil qu’on va avoir”

IL Y A 6 HEURES

Leave a Comment