ADVERTISEMENT

Coqueluche : la vaccination pendant la grossesse permet de protéger le nouveau-né

La Haute Autorité de Santé recommande désormais de vacciner toutes les femmes enceintes contre la coqueluche, afin de protéger les nourrissons chez qui cette maladie est particulièrement dangereuse. Cette recommandation sera intégrée au calendrier vaccinal 2022.

Docteur Anne Sikorav

Docteur Anne Sikorav

ADVERTISEMENT

Écrit en

Coqueluche : la vaccination pendant la grossesse permet de protéger le nouveau-né
Crédits photos : © Marina Demidiuk / Shutterstock

On l’appelle aussi “maladie du chant du coq “. Coqueluche, cette infection très contagieuse des voies respiratoires causée par la bactérie Bordetella coqueluche“Il est responsable de quintes de toux violentes et prolongées qui peuvent persister plusieurs semaines.

Pourquoi se faire vacciner pendant la grossesse ?

Cette maladie peut devenir particulièrement grave voire mortelle chez les personnes fragiles, mais aussi chez les bébés. En France, plus de 90 % des décès liés à la coqueluche surviennent chez des nouveau-nés de moins de six mois. Entre 2013 et 2021, on compte également 993 cas de coqueluche ayant nécessité une hospitalisation chez les enfants de moins d’un an, selon les chiffres du National Whooping Cough Figures Network, Renacoq.

ADVERTISEMENT

Les parents (41 à 57 % des cas) et les frères et sœurs (17 à 24 % des cas) sont les principales sources de contamination chez les nouveau-nés/enfants – Haute Autorité de Santé

Chez les nourrissons, il existe une période à haut risque de contagion puisque la vaccination n’est possible qu’après l’âge de deux mois. Grâce à la vaccination de sa mère, le nouveau-né peut être protégé grâce au passage à travers le placenta des anticorps maternels contre la coqueluche.

En mars 2018, le Haute Autorité de Santé s’était déjà prononcé en faveur de la vaccination contre la coqueluche chez les femmes enceintes dans le cadre d’une épidémie à Mayotte. Mais dans ses dernières recommandations mises en ligne le 12 avril 2022, elle recommande désormais cette vaccination pour toutes les femmes enceintes à travers le pays.

Quand faut-il se faire vacciner ?

La vaccination est recommandée à partir du deuxième trimestre de chaque grossesseprivilégiant si possible la période entre 20 et 36 semaines d’aménorrhée (absence de règles)” détaille l’HAS.

Et si la vaccination ne pouvait pas être pratiquée pendant la grossesse ? Peut être mis à jourY “il faut alors vacciner la mère immédiatement après l’accouchement, avant de quitter la maternité, même si elle allaite», ajoute l’autorité sanitaire. C’est ce qu’on appelle la stratégie de “cocon”.

À la fin, c’est même tout l’environnement du nouveau-né qu’il faut vacciner : parents, mais aussi frères et sœurs, grands-parents aussi”que toutes les autres personnes susceptibles d’avoir un contact étroit et durable avec le bébé au cours des six premiers mois de sa vie..

Ce vaccin est-il sûr pendant la grossesse ?

Oui, le vaccin contre la coqueluche est bien toléré.

La vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche est déjà recommandé par l’Organisation mondiale de la santé et la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique. Ce sont donc “au moins 30 pays dans le monde” qui recommandent déjà cette vaccination chez les femmes enceintes »pendant au moins dix ans”souligne la HAS.

Les données sur la sécurité et la tolérance de la vaccination maternelle contre la coqueluche sont rassurantes – Haute Autorité de santé

De plus, les différentes études montrent que la vaccination contre la coqueluche n’est pas non associé à un risque accru d’événements indésirablesque ce soit chez la femme enceinte, le fœtus ou le nouveau-né, souligne l’instance.

En France, une part importante des femmes enceintes, environ 60 %, ne connaît pas son statut vaccinal ou n’est pas à jour de ses vaccinations.
Parmi les vaccins anticoquelucheux disponibles dans notre pays, seuls deux vaccins sont actuellement autorisés pendant la grossesse : Repevax® (de Sanofi Pasteur) et Boostrixtetra® (de GlaxoSmithKline Vaccines) .

A lire aussi : Des bébés mieux protégés du pas de 3 à 11 vaccins obligatoires

Leave a Comment