Covid : l’Israélien Bennett testé positif après sa rencontre avec Blinken

SDE BOKER : Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et les chefs de la diplomatie d’Israël et de quatre pays arabes tiennent lundi une réunion sans précédent sur le sol israélien pour discuter de la paix au Moyen-Orient et du programme nucléaire de l’Iran.

Ce sommet dans la ville de Sde Boker, un kibboutz du désert du Néguev (sud) où repose la dépouille du fondateur d’Israël David Ben Gourion, a lieu au lendemain d’un attentat revendiqué par l’organisation jihadiste Etat islamique (EI) qui revendiquait la la vie de deux policiers à Hadera, dans le nord d’Israël.

Au début de sa tournée dimanche, Antony Blinken s’est entretenu à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett avant de rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas en Cisjordanie occupée. Il a ensuite dîné au Sde Boker avec ses homologues d’Israël, d’Égypte, de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc, quatre pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec l’État hébreu.

Plus tôt lundi, M. Bennett a annoncé qu’il avait été testé positif au covid-19. “Le Premier ministre se sent bien et poursuivra son emploi du temps comme prévu depuis chez lui”, selon son bureau.

Le département d’Etat avait alors indiqué que M. Blinken avait été le seul membre de la délégation américaine à avoir été en “contact étroit” avec M. Bennett et qu’il suivrait les recommandations en portant “un masque et en effectuant les tests appropriés”.

“Avez-vous oublié quelqu’un?”

Avant la rencontre avec ses homologues arabes, Blinken a fait du jogging près de l’hôtel où séjournent les dignitaires, selon un photographe de l’AFP présent sur les lieux.

Une poignée de personnes ont manifesté devant l’hôtel avec des banderoles en hébreu, arabe et anglais sur lesquelles on pouvait lire “N’avez-vous pas oublié quelqu’un ?”, en référence aux Palestiniens.

Ces derniers, du Fatah laïc de Mahmoud Abbas aux islamistes du Hamas, ont critiqué la normalisation en 2020 des Émirats, de Bahreïn et du Maroc avec Israël, estimant qu’elle ne devrait intervenir qu’après une solution au conflit israélo-palestinien.

Si les Palestiniens ne participent pas à la réunion du Néguev, le roi Abdallah II de Jordanie rencontrera Abbas lundi à Ramallah en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

L’Egypte a été le premier pays arabe à faire la paix avec Israël en 1979, suivie en 1994 par la Jordanie.

Abbas a dénoncé dimanche le « double standard » de l’Occident, prompt selon lui à invoquer le droit international pour imposer des sanctions à la Russie qui a envahi l’Ukraine, mais pas à Israël pour ses « crimes » dans les territoires palestiniens occupés.

La réunion de Sde Boker devrait tourner autour de la question du retour à un accord de 2015 censé empêcher Téhéran d’acquérir la bombe atomique, en échange de la levée des sanctions internationales.

Les États-Unis et l’Iran en sont aux dernières étapes de pourparlers indirects visant à relancer le pacte de 2015 qui s’est effondré après le retrait unilatéral américain en 2018 et après que Téhéran, en représailles, s’est progressivement libéré des limites imposées à son programme nucléaire.

Les Etats-Unis sont “déterminés” à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire, a affirmé dimanche Antony Blinken.

Israël, considéré par les experts comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, accuse l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire, ce que ce pays dément.

attaque djihadiste
La visite de M. Blinken en Israël a été marquée par une attaque dimanche soir à Hadera qui a tué deux policiers israéliens, Yazen Falah et Shirel Abukarat, 19 ans, et en a blessé plusieurs autres.

La police a tué les deux assaillants arabes israéliens et arrêté 5 suspects. L’attaque a été saluée par les mouvements palestiniens du Hamas et du Jihad islamique et par le mouvement pro-iranien du Hezbollah libanais.

La semaine dernière, une attaque à l’arme blanche et à la voiture bélier a tué quatre Israéliens dans le Néguev. Selon Israël, l’attaquant a été condamné en 2016 à quatre ans de prison pour avoir prévu de se rendre en Syrie pour combattre pour l’EI.

« Une deuxième attaque par des partisans de l’Etat islamique en Israël force les forces de sécurité à s’adapter rapidement à la nouvelle menace. J’exhorte les citoyens à rester vigilants. Ensemble, nous pouvons nous aussi vaincre cet ennemi », a déclaré M. Bennett.

Leave a Comment