ADVERTISEMENT

Croissance économique : Légère accélération au deuxième trimestre

Croissance économique : Légère accélération au deuxième trimestre

Il devrait être à 1,8%, selon le HCP

“La hausse des prix des matières premières, en particulier l’énergie et l’agriculture, combinée aux perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales, devrait peser sur la reprise dans les économies avancées.”

La croissance économique devrait connaître une légère accélération au deuxième trimestre 2022. Une anticipation faite par le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Il devrait s’établir à 1,8 % contre les 1,2 % observés au premier trimestre 2022. soit une hausse de 1,8 % au deuxième trimestre 2022, en variation annuelle, au lieu des +15,2 % enregistrés du fait de l’assiette au même trimestre de l’année 2021 », précise-t-on à cet égard. Cette légère reprise interviendrait dans un contexte économique mondial dépendant de l’évolution de la situation épidémiologique et des événements géopolitiques.

ADVERTISEMENT

“Le développement de l’économie mondiale continuerait de dépendre de la situation épidémiologique, notamment en Chine, ainsi que des répercussions du conflit russo-ukrainien qui pèseraient sur les perspectives de croissance de l’économie mondiale pour l’ensemble de 2022”, explique-t-il. . le HCP dans votre note sur la situation. Et de poursuivre que “la hausse des prix des matières premières, notamment celles de l’énergie et de l’agriculture, combinée aux perturbations que connaissent les chaînes d’approvisionnement mondiales devraient peser sur la reprise des économies avancées”. En ce sens, le HCP prévoit une hausse de 3,1% de la demande extérieure adressée à l’économie nationale par rapport aux 20,7% observés à la même période l’an dernier.

Les perspectives du HCP sont également liées à une légère accélération de la demande intérieure au deuxième trimestre de l’année, contribuant ainsi pour 3,3 points à la croissance économique globale. “Elle serait notamment tirée par la poursuite du renforcement des dépenses publiques, tandis que les dépenses des ménages continueraient d’être affectées par le maintien de fortes pressions inflationnistes”, explique le Haut-commissariat au Plan.

Le HCP table également sur une hausse de 4,1% de la valeur ajoutée, hors agriculture. Cette reprise serait, selon le HCP, surtout tirée par les branches tertiaires dont la contribution à la croissance économique mondiale s’élèverait à 2,4 points. De même, l’activité minière renouerait avec une croissance positive, favorisant une hausse de 2,8% de la valeur ajoutée des branches secondaires. Le HCP fournit également dans sa note économique une lecture de la situation économique pour les trois premiers mois en cours. Il semble que l’activité économique ait fait preuve de résilience au premier trimestre de l’année. “Au premier trimestre 2022, l’activité économique aurait enregistré une hausse de 1,2%, en variation annuelle, au lieu de 1% un an plus tôt, tirée principalement par une hausse de 3,3% de la valeur ajoutée hors agriculture”, explique le HCP dans À cet égard. Quant au HCP, les branches tertiaires auraient continué de bénéficier au premier trimestre d’un effet de base favorable.

ADVERTISEMENT

Ils auraient contribué à hauteur de 1,9 point à l’évolution du PIB, tirés par la poursuite de la reprise de l’activité touristique. « En variation annuelle, la valeur ajoutée de l’hébergement et de la restauration aurait augmenté de 53,4 %, au premier trimestre 2022, après l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc et la réouverture des frontières aériennes au Maroc à partir du 7 février 2022. », informe-t-on auprès du HCP. Le Haut Commissariat au Plan note également une légère accélération de la croissance des activités secondaires. Sa contribution à la croissance du PIB mondial aurait été de 0,5 point au premier trimestre contre 0,4% l’année précédente. De plus, la valeur ajoutée minière semble avoir diminué au cours des trois premiers mois de l’année. La baisse est estimée à 4,2%, après les 5,2% enregistrés un an plus tôt. “Les activités d’extraction de minéraux non métalliques auraient chuté de 5,3% dans un contexte de baisse de la demande des industries de transformation locales”, lit-on dans la publication du HCP. L’activité des industries manufacturières, pour sa part, semble avoir continué de se redresser. Au premier trimestre de cette année, une augmentation de 2,7% a été observée contre 1,6% enregistrée au premier trimestre 2021.

« Malgré l’augmentation des coûts de production, liée à la hausse du prix des matières premières et aux problèmes d’approvisionnement, l’activité des industries manufacturières a bien résisté, grâce notamment au renforcement de celles des industries textile et métallurgique. et métallurgiques”, explique le HCP, qui note dans le même sens une baisse de 2,2% de la valeur ajoutée des industries chimiques, et ce dans un contexte de baisse des quantités exportées de dérivés phosphatés, largement compensée du fait de l’augmentation dans son prix de vente à l’exportation.

Les grandes tendances du 1er trimestre :

• La valeur ajoutée agricole aurait présenté une contraction de 12,1%, au premier trimestre 2022, en variation annuelle, après avoir été particulièrement dynamique en 2021, subissant un déficit pluviométrique de 65% au terme des 6 premiers mois de la Campagne agricole 2021/2022 par rapport à la même période d’une année normale.
• L’inflation était à son plus haut niveau depuis 2008. L’inflation sous-jacente, qui exclut les prix soumis à l’intervention de l’État et les produits à prix volatils, semble avoir augmenté de façon notable, atteignant +3,4 % au premier trimestre 2022, tirée par la très dynamique l’évolution de ses composants, notamment alimentaires et manufacturiers.
• La demande intérieure aurait connu un net ralentissement par rapport à 2021, mais serait restée le principal soutien de l’activité. L’essentiel de sa croissance serait attribuable à la hausse de 5,3 % de la consommation des administrations publiques, en lien avec le raffermissement des dépenses de fonctionnement.
• Le rythme de croissance de la consommation des ménages semble avoir sensiblement ralenti, atteignant +0,8% au premier trimestre 2022, au lieu de 1,5% durant la même période de l’année précédente.

Leave a Comment