ADVERTISEMENT

Élections FIF : Tentative de consensus sur Drogba, grand échec de Patrice Motsepe ?

La Fédération ivoirienne de football rencontrera prochainement son nouveau président. S’il y a trois candidats favoris, un semble avoir l’agrément de la FIFA et de la CAF. Les deux autorités militeraient pour l’élection de Didier Drogba. Si, lors de sa récente visite à Abidjan, Patrice Motsepe a rejeté cette spéculation, l’homme d’affaires et président de la CAF a bien tenté de plaider auprès du chef de l’Etat ivoirien pour Drogba, selon Jeune Afrique. Un geste qui a échoué.

L’information révélée par le journal panafricain Jeune Afrique confirme les rumeurs qui circulaient ces derniers temps. Didier Drogba serait le choix de la CAF et de la FIFA pour diriger la Fédération ivoirienne de football. Les événements survenus depuis le début de la crise électorale semblent donner raison aux critiques de l’ancien capitaine des Eléphants.

ADVERTISEMENT

Une volonté manifeste de consensus affichée

La visite de Patrice Motsepe en Côte d’Ivoire, du 4 au 5 avril, s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations 2023. Mais pour le président de la CAF, c’était l’occasion de tenter un coup d’État dans le processus électoral du football ivoirien. Fédération. Après avoir rencontré les footballeurs ivoiriens, le Sud-Africain affiche sa volonté d’établir un consensus. « Je dois rencontrer ceux qui s’intéressent aux élections. Il n’y aura pas de perdants. Le football dans ce pays mérite l’unité », a déclaré Motsepe. Cette déclaration n’est pas restée sans échos.

Un rêve utopique pour Motsepe ?

Force est donc de constater que le président de la CAF est favorable à un consensus entre les candidats pour une candidature unique aux élections de la Fédération ivoirienne de football. Sitôt annoncé, son envie de rencontrer les différents candidats rencontre déjà des résistances. Le consensus souhaité, éventuellement autour de Didier Drogba, semble difficile. Et le premier à donner le ton est Yacine Idriss Diallo. Si l’ancien vice-président de la FIF affirme n’avoir jamais été approché par une telle démarche, il semble être le candidat idéal autour duquel tout consensus devrait se faire.

“S’il y a un consensus dans cette élection FIF, ce sera autour de moi, car je suis la solution pour le football ivoirien. Pour le moment mon équipe et moi n’avions pas été contactés pour un éventuel consensus”, a-t-il laissé entendre lors de la présentation officielle de votre candidature. Avant d’annoncer son intention de rencontrer les candidats, Patrice Motsepe avait déjà essuyé un premier revers sur le sol ivoirien.

ADVERTISEMENT

L’échec d’un intense lobbying auprès de Ouattara

Lors de sa visite de travail en Côte d’Ivoire du 4 au 5 avril, Patrice Motsepe s’est entretenu personnellement avec Alassane Dramane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire. Occasion pour le patron du football africain de plaider pour un consensus autour de la candidature de Didier Drogba. « Motsepe pariait sur une intervention du pouvoir politique, sachant qu’aucun des deux candidats n’était favorable à un tel scénario », explique un membre de l’électorat cité par Jeune Afrique.

Cette démarche du président, également issue d’un consensus au sein de la CAF, n’a pas prospéré, du moins pour l’instant. Selon l’hebdomadaire panafricain, Alassane Ouattara a fait savoir qu’il ne pouvait pas s’immiscer dans une affaire sportive. Il s’agit de la deuxième tentative ratée du bloc FIFA-CAF dans ces élections FIF. Avant Patrice Motsepe, Gianni Infantino, président de la Fédération internationale de football association (Fifa), avait tenté une première fois en vain d’intercéder auprès du président Ouattara, révèle Jeune Afrique.

La FIFA et la CAF jettent-elles enfin l’éponge ?

C’est peut-être trop un camouflet pour Motsepe et Infantino. Après plusieurs tentatives infructueuses de consensus autour de Didier Drogba, les deux dirigeants semblent avoir abdiqué. Devant la presse ivoirienne, Patrice Motsepe a déclaré que ni la CAF ni la FIFA ne soutiennent un candidat. “Je tiens à assurer à tous que la CAF et la FIFA ne soutiennent aucun candidat. Nous soutenons tout le monde. Chacun doit se battre avec ses arguments et sa force pour gagner ces élections », a déclaré le président de la Confédération africaine de football.

Ces propos sonnent comme un aveu de faiblesse de la part du président de la CAF, qui déclare le soutien de la CAF et de la FIFA au Comité de normalisation pour des élections crédibles. « Nous soutenons le Comité de Normalisation pour des élections crédibles. Car le président qui sera élu le 23 avril sera celui de la CAF. Mais aussi de Côte d’Ivoire. Les élections FIF ont lieu le 23 avril. Tout indique que le choc des titans aura bien lieu.

Leave a Comment