Elon Musk, multi-entrepreneur baroque et visionnaire

Publié dans : Modifié :

San Francisco (AFP) – Il a la tête dans les étoiles, son portefeuille dans les voitures électriques, le voilà désormais à l’assaut sur Twitter : Elon Musk, patron à succès et homme le plus riche du monde, continue de barboter dans tous les domaines.

Né en Afrique du Sud, citoyen américain et canadien, à la tête de SpaceX et de Tesla, l’homme capricieux est devenu une figure centrale du capitalisme américain aux ambitions extra-planétaires et de plus en plus politiques.

Son dernier objectif en date : s’emparer de Twitter, qu’il accuse notamment de restreindre la liberté d’expression. En deux semaines, la planète technologique a appris qu’elle avait racheté 9 % des parts, qu’elle allait entrer au conseil d’administration, puis qu’elle n’irait pas et enfin, jeudi, qu’elle voulait racheter 100 % des le réseau social. .

Pendant ce temps, l’homme de 50 ans a ouvert la nouvelle méga-usine de Tesla au Texas, où il a déplacé le siège social de l’entreprise de Californie vers un succès fulgurant, à l’origine d’une grande partie de sa fortune stupéfiante, estimée par Forbes à près de 274 milliards de dollars, l’équivalent du PIB de la Finlande. .

Et, dans le même temps, son bijou SpaceX a réussi à envoyer la première mission entièrement privée vers la Station spatiale internationale.

Elon Musk doit aussi faire face à d’autres nouvelles moins réjouissantes. Tesla fait l’objet d’allégations de harcèlement, de harcèlement sexuel et de discrimination à l’encontre de travailleurs noirs en Californie.

Mégalomane, bourreau de travail, Elon Musk déteste suivre les règles, notamment avec son compte Twitter aux 81 millions d’abonnés sur lequel il poste des memes, des vidéos SpaceX et quelques blagues, cela génère la polémique. C’est également jeudi qu’il a publié le document annonçant sa volonté de racheter le réseau.

Divorcé trois fois, Musk est père de huit enfants, dont l’un est décédé à 10 semaines. Connu pour ses excentricités dans sa vie professionnelle et privée, il a nommé son dernier enfant, qu’il a eu avec le chanteur Grimes, Exa Dark Sideræl Musk, petite soeur de “X Æ A-12”.

Photo d'illustration montrant le compte Twitter d'Elon Musk, le 14 avril 2022, devant une de ses photos
Photo d’illustration montrant le compte Twitter d’Elon Musk, le 14 avril 2022, devant une de ses photos Olivier DOULIERYAFP

Autre chronique de la mondaine, l’homme d’affaires est attendu comme témoin dans le procès inculpé pour diffamation des acteurs Johhny Depp et Amber Heard, ex-petite amie d’Elon Musk.

Créer une “civilisation spatiale”

Né à Pretoria, en Afrique du Sud, le 28 juin 1971 d’un père ingénieur et modèle canadien, il quitte son pays natal pour étudier en Ontario (Canada) puis aux États-Unis.

A moins de 25 ans, il a créé Zip2, une société de logiciels en ligne, et est devenu millionnaire avant d’avoir 30 ans lorsqu’il l’a vendu au constructeur informatique Compaq en 1999 pour plus de 300 millions de dollars. Le jeune entrepreneur a ensuite fondé X.com, qui a fusionné avec PayPal, et a ensuite été racheté par eBay en 2002 pour 1,5 milliard de dollars.

Avec SpaceX fondé dans le calme, il a enchaîné les succès, du contrat exclusif signé avec la NASA pour construire le prochain atterrisseur de l’agence américaine à la première mission orbitale de l’histoire sans astronautes professionnels à bord.

“L’objectif global est de permettre à la vie de se développer sur plusieurs planètes et de transformer l’humanité en une civilisation spatiale”, a déclaré Musk dans une interview au magazine Time, qui l’a nommé personnalité de l’année fin 2021.

Ne craignant pas la provocation, il a récemment défié Vladimir Poutine en duel via Twitter, ou encore défendu les opposants aux restrictions sanitaires du Canada en comparant le Premier ministre Justin Trudeau à Adolf Hitler.

Toujours désireux d’aller plus vite, il critique régulièrement la bureaucratie. Elle s’était engagée au printemps 2020 dans une âpre bagarre avec les autorités californiennes lorsqu’elles avaient décidé de fermer temporairement le site de production face à la propagation du Covid-19.

Elon Musk lors de l'inauguration de l'immense usine Tesla à Austin, Texas, le 7 avril 2022
Elon Musk lors de l’inauguration de l’immense usine Tesla à Austin, Texas, le 7 avril 2022 SUZANNE CORDEIROAFP

En 2018, lors d’une interview déjantée de deux heures diffusée en direct sur internet, on le voit boire du whisky, brandir une épée de samouraï ou fumer du cannabis -légal en Californie- tout en évoquant la conquête de l’espace, la fin du monde ou… libido des singes bonobos.

L’homme est partagé entre une armée de fanatiques qui l’adorent et assurent sa publicité, et ceux qui le haïssent. Mais il est difficile de nier le succès de Tesla.

Longtemps déficitaire, l’entreprise est aujourd’hui un immense succès industriel et financier, avec un bénéfice record de 5,5 milliards de dollars en 2021 et une immense valorisation boursière.

Cet entrepreneur récidiviste est aussi à la tête de Neuralink, une start-up qui vise à connecter directement et intimement le cerveau humain à l’ordinateur, et de la Boring Company, qui travaille sur des tunnels censés révolutionner les transports urbains.

Leave a Comment