“En même temps”, une comédie déjantée sur la politique française – rts.ch

Réalisé par Gustave Kervern et Benoit Delépine, “En même temps” présente deux hommes politiques français complètement opposés qui sont littéralement collés l’un à l’autre. Porté par les acteurs Vincent Macaigne et Jonathan Cohen, le film est actuellement à l’affiche au cinéma.

A la veille d’un vote entérinant la construction d’un parc d’attractions à la place d’une forêt primaire, un maire de droite décomplexée (Jonathan Cohen) tente de soudoyer un confrère écologiste (Vincent Macaigne).

Après une soirée plutôt arrosée, elles sont trompées par de jeunes militantes féministes (India Hair, Jehnny Beth) et se retrouvent littéralement collées l’une à l’autre. Commence alors un road movie autour d’un scooter et d’une voiture électrique pour ces deux hommes politiques qui s’opposent à tout.

>> Pour voir la bande annonce du film :

écologie et féminisme

Para su décimo largometraje, Gustave Kervern y Benoît Delépine, autores de los sketches de “Groland” en Canal+, ofrecen una película cómica sobre la política francesa que muestra un patriarcado envejecido contrarrestado por un feminismo militante, con la cuestión crucial de la ecología en el centre.

Malgré ce choix d’enjeux actuels et une sortie calibrée à quelques jours du premier tour de la présidentielle en France, l’objectif du duo n’est pas de donner des leçons ou de prendre parti.

L’un des buts du film est de montrer qu'”à chaque fois qu’on prend une décision politique, on essaie de sauver la chèvre et le chou. Et ce n’est pas bien”, explique Gustave Kervern à la RTS. C’est l’absurdité de ce monde que je voulais souligner, comme nous l’avons fait dans nos autres films.”

Interrogés sur leurs influences, les deux réalisateurs citent le dadaïsme. Ils rendront également hommage à ce mouvement artistique né au début du XXe siècle à Zurich sous la forme d’un “acte et non d’un film” en 2024, année où se déroulera le centenaire du film “Entr’acte” de René Clara. être célébré.

Cette absurdité du monde politique, le duo de réalisateurs l’a traduite dans “En même temps” en comédie et burlesque. Ici tous les protagonistes sont caricaturaux et nous sommes confrontés à de nombreux clichés. Un humour d’école qui séduira les amateurs du genre et laissera une partie du reste sur la touche.

“En même temps” de Benoît Delépine et Gustave Kervern avec Jonathan Cohen et Vincent Macaigne. [Ad Vitam]

Un humour d’école, mais pas que…

Comme son titre peut aussi le suggérer, en plus d’être une référence à une expression chère à Emmanuel Macron, président de la République française, “En même temps” offre plus que cette surenchère de clichés et d’humour haletant. Il a su séduire, au moins en partie, les critiques de cinéma de la RTS.

Si Rafael Wolf regrette que ce film reste, comme ses personnages, attaché à son idée initiale et n’ait pas su évoluer vers une certaine folie présente dans d’autres productions du duo de réalisateurs, Judith Beauvallet a fini par être séduite au moment où le ridicule de les personnages devenaient tour à tour tendresse. “C’est un film qui finalement n’est pas fait pour être vraiment drôle. Ce n’est pas ce qu’il annonce au début et il s’avère très pertinent, original et surprenant à la fin », souligne-t-il.

C’est un film qui finalement n’est pas fait pour être vraiment drôle. Ce n’est pas ce qu’il annonce au début et c’est très pertinent, original et surprenant à la fin.

Judith Beauvallet, critique de cinéma

Quant à Robin Adel, iel met en avant le beau casting et estime que, malgré la lourdeur de certains clichés, “En même temps” trouvera son public, mais laisse entendre qu’il fera sans doute plus rire en France qu’en Suisse. « La morale de ce film, analyse-t-il, c’est de se dire que si on met ensemble deux hommes politiques de bords opposés et qu’on les fait communiquer, peut-être qu’on pourra faire quelque chose. Mais finalement ça se passe déjà en Suisse et ça marche pas si mal.”

Andréanne Quartier-la-Tente

Leave a Comment