France: l’incertitude persiste à la veille de la présidentielle

L’incertitude restait élevée samedi, à la veille du premier tour de l’élection présidentielle en France, où les candidats sont désormais soumis à la discrétion jusqu’au résultat du vote de dimanche, qui s’annonce serré entre le président sortant Emmanuel Macron et son extrême droite. adversaire Marine Le Pen.

Selon les sondages, les deux finalistes des élections 2017 sont les mieux placées pour se qualifier dimanche, même si le chef de file de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, navigue lui aussi, comme Mme Le Pen, dans une dynamique positive.

Si ce duel se renouvelait, cinq sondages vendredi donnaient une très courte victoire au second tour au président sortant le 24 avril, avec des scores de 51 à 54%.

Les dix autres prétendants semblent avoir été relégués, mais l’incertitude persiste, notamment parce que, prévient le politologue Pascal Perrineau, “c’est la première élection qui atteint un tel indice d’indécis, qui ont changé d’avis, sur une sortie française”. doigts”.

«Cça se dessine vaguement mais franchement je pense que dans l’isoloir ce sera au dernier moment”, a expliqué Jeanne Di Mascio, professeur de musique de 38 ans, vendredi sur un marché parisien.

Autre grande inconnue de cette élection dont le résultat sera particulièrement suivi en Europe et au-delà : l’abstention.

De nombreux politologues craignent que le record du 21 avril 2002 (28,4%), le plus haut niveau jamais enregistré pour un premier tour d’une élection présidentielle, ne soit battu, bien plus que celui de 2017 (22,2%) qui n’était plus un bon classique.

“Autour de moi, personne ne vote et tout le monde se plaint”, a déploré Christine Mazaud, une retraitée de 75 ans, dans un marché parisien.

sans soulagement

Anesthésiée par le conflit en Ukraine, la campagne, qui avait démarré sans relief, a retrouvé de l’intérêt ces derniers jours comme l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen, qui serait à la fois la première femme et la première représentante tout à fait convenable à devenir présidente. .

La fille de Jean-Marie Le Pen, figure de l’extrême droite française depuis des décennies, a su adoucir l’image autrefois abrasive de son parti, tout en menant une campagne musclée sur le pouvoir d’achat, priorité numéro un de la population à un moment où l’inflation augmente, alimentée par la guerre en Ukraine.

Dans l’attente des premiers résultats dimanche à 20H00 (18H00 GMT), les réunions publiques, la distribution de tracts et la propagande numérique des candidats sont interdites en France métropolitaine, à partir de vendredi soir à minuit.

Cependant, certains prétendants pourraient apparaître publiquement samedi lors des manifestations. Les “Marches pour l’Avenir” sont annoncées partout en France à l’initiative d’organisations de gauche.

Pendant ce temps, les candidats se sont livrés à des interventions médiatiques ou à de petits déplacements pour tenter de convaincre les 48,7 millions de Français appelés aux urnes.

Emmanuel Macron a ainsi effectué, vendredi matin, une brève visite improvisée sur un marché de Neuilly-sur-Seine, aux portes de Paris. Pendant 45 minutes, le candidat à la présidentielle s’est entretenu avec des commerçants, des clients et des employés municipaux.

Marine Le Pen, était à Narbonne dans le sud de la France, également sur un marché, où elle s’est présentée comme la candidate de “La France tranquille”.

Verre de rosé à la main, elle dit ne pas se sentir « étourdie » par une éventuelle victoire, et ajoute : « L’artichaut se mange feuille par feuille, d’abord le premier tour, puis le second.

Les bureaux de vote ouvriront à 08h00 (06h00 GMT) dimanche et aucune interview, sondage ou estimation ne pourra être publié avant les résultats. Pour tenir compte du décalage horaire, certains électeurs étrangers voteront samedi.

Leave a Comment