France-Présidentielle : les élections de dimanche expliquées simplement

Demain, dimanche, c’est le premier tour des élections présidentielles en France. Ils sont les 12 candidats à briguer l’Elysée mais seuls 3 d’entre eux ont une chance réelle de l’emporter. Voici une présentation des candidats au premier tour des élections présidentielles prévu ce dimanche.

Les Français doivent voter ce dimanche 10 avril pour le candidat qu’ils souhaitent voir à l’Elysée pour les cinq prochaines années, dont la transition est prévue le 13 mai.

Le président de la République sortant, Emmanuel Macron, le plus jeune chef d’État de France, est candidat à un second mandat.

L’élection doit se dérouler en deux tours, le premier entre 12 candidats de toutes tendances politiques. Il libérera deux candidats pour passer au second tour, prévu le 24 avril. Mais si l’un des candidats obtient une majorité absolue de 50% +1, il sera automatiquement élu président, sans passer par le second tour.

Qui sont les candidats ?

Sur la douzaine de candidats, 6 se démarquent ; Le président sortant Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Valérie Pécresse, Eric Zemmour et Yannick Jadot.

Sur ces 6 candidats, 3 sont de droite et 2 de gauche, et 1 du centre. Les candidats de droite sont les plus représentés, avec Valérie Pécresse pour les Républicains représentant la droite traditionnelle.

En face d’elle se trouvent Marine Le Pen et Eric Zemmour qui représentent l’aile dure de la droite, l’extrême droite, raciste et ultra-nationaliste.

Quant à la gauche, qui a occupé la présidence avant Emmanuel Macron avec François Hollande, elle paie le prix de son manque d’unité et de sa division. Le Parti socialiste n’a pas de leader connu et clair pour le représenter et les candidats n’ont pas cherché à créer un front de gauche pour soutenir une candidature forte qui aurait permis de rebattre les cartes sur l’échiquier politique.

Ainsi, on retrouve Yannick Jadot qui représente Les Verts et Jean-Luc Mélenchon qui représente la gauche radicale avec La France Insoumise et fait partie des candidats forts de ce premier tour.

De son côté, Emmanuel Macron est considéré comme un candidat centriste puisqu’il rassemble les idées de la gauche comme de la droite. Vous pouvez vous vanter d’un bilan économique très positif pour la France, qui est l’un des thèmes centraux de cette élection présidentielle.

Sujets abordés : différences entre les candidats

Les principales questions abordées pendant la campagne électorale ont également été l’immigration, la sécurité et la crise entre l’Ukraine et la Russie. Le candidat Jean-Luc Mélenchon a le programme le plus avancé et le plus susceptible de plaire aux Français sur le dossier économique.

L’immigration était le principal enjeu de l’extrême droite représentée par Eric Zemmour et Marine Le Pen, qui se disaient déterminés à repousser les immigrés vers le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, 100 000 personnes par an pour Eric Zemmour par exemple, et à éliminer le jus soli, le retrait de la double nationalité si la deuxième nationalité est non européenne pour Marine Le Pen…

Sa politique migratoire est essentiellement dirigée vers les Africains avec une focalisation sur l’Afrique du Nord, ainsi qu’un discours discriminatoire qui vise en particulier les musulmans.

Jean-Luc Mélenchon dénonce avec virulence cette politique, tandis qu’Emmanuel Macron propose de meilleurs aménagements à la politique d’immigration actuelle, comme conditionner l’octroi des titres de séjour de longue durée à un examen de français et à l’observation de « réels efforts d’insertion professionnelle ».

Sur la crise en Ukraine, le président Emmanuel Macron s’est fait remarquer par sa diplomatie visant à faire baisser la tension entre les deux pays en multipliant les échanges téléphoniques avec les deux parties. De leur côté, les candidats de droite se sont discrédités par leur soutien à la Russie.

Quels sont les favoris ?

Selon les sondages d’intentions de vote, c’est le président sortant, Emmanuel Macron, qui a les meilleures chances de remporter cette élection. Il est déclaré favori depuis plusieurs mois maintenant, avant même d’avoir annoncé sa candidature. Il est considéré comme le candidat de la raison.

Pour autant, il ne rassemble pas un consensus national fort et a peu de chances de remporter les élections présidentielles en un seul tour face à un discours d’extrême droite qui séduit une grande partie de la France depuis l’émergence d’idées encore plus radicales chez le polémiste Eric. Zemmour, qui a fait paraître Marine Le Pen plus “douce” en apparence même lorsqu’elle tenait exactement le même discours.

Douze restent à briguer la présidence française, promise selon tous les sondages à Emmanuel Macron, mais les deux principaux rivaux semblent être Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Selon les derniers sondages Ipsos, mis à jour ce jeudi, Emmanuel Macron reste en tête des intentions de vote avec 26,5%, suivi de Marine Le Pen avec 23% et Jean-Luc Mélenchon avec 16,5%. Les 6 autres candidats non cités dans cet article ont chacun moins de 4% d’intention de vote.

Leave a Comment