ADVERTISEMENT

Julian Nagelsmann “n’a pas peur” pour l’avenir du Bayern après le départ de Villarreal

Sans inspiration, avec des stars fatiguées, le Bayern Munich est sorti sans gloire de la Ligue des champions mardi, surpris par Villarreal. Julian Nagelsmann assure de son côté qu’il n’a pas “sans peurTourné vers l’avenir, mais il faut le reconstruire avec un effectif pas aussi riche que les autres géants européens.

Pour sa première saison sur le banc du Bayern Munich, l’ancien prodige du RB Leipzig (34 ans) a chuté en quart de finale de C1, un résultat surprise face au modeste ‘Sous-marin jaune’ (0-1, 1-1) mais une conclusion logique d’une saison. trop irrégulier. “Le jeune manager a apporté beaucoup d’élan mais a hérité d’un groupe plus faible suite aux départs de David Alaba et Jérôme Boateng, et l’année d’avant Thiago, Ivan Perisic et Philippe Coutinho», tous présents lors de la finale remportée en 2020 face au PSG (1-0), souligne ce mercredi le magazine allemand Kicker.

Ligue des Champions

Le TAS suspend la fermeture partielle du Wanda Metropolitano contre City

IL Y A 41 MINUTES

ADVERTISEMENT

Benzema, Kanté, Camavinga : comment les Français ont fait basculer le match

La pression (Sud Julian Nagelsmann) la saison prochaine deviendra progressivement énorme», prédit pour sa part le journal image, qui rappelle qu’au Bayern la mission d’un entraîneur est de remporter tous les titres. Mardi soir, un journaliste a demandé pour la première fois à Julian Nagelsmann s’il se sentait menacé. “Je ne sais pas ce qui m’attendrépondit-il d’une voix fatiguée. Je n’ai pas peur, il y a des choses plus sérieuses..”

Visiblement très affecté, il a d’abord cherché à protéger ses joueurs. “Je suis responsable et je n’essaierai pas de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre.déclaré. On est éliminé en Ligue des Champions, éliminé en Coupe d’Allemagne. C’est le même que la saison dernière. (note avec Hansi Flick) et pour le Bayern Munich je pense que ce n’est pas assez». Le dixième championnat d’Allemagne d’affilée qui approche ne changera pas l’impression générale : le club termine à nouveau la saison en deçà de ses ambitions.

Le Real peut-il aller jusqu’au bout ? “Ce sera trop juste contre City ou Liverpool”

Pourtant, ce Villarreal-Bayern était présenté, au moment du tirage au sort, comme le duel le plus déséquilibré des quarts de finale. Et même après la défaite (0-1) au match aller, le Bayern semblait capable de renverser la vapeur. Au-delà des constats évidents (manque d’inspiration, d’efficacité, de rigueur défensive), les observateurs allemands s’intéressent désormais aux raisons structurelles des carences bavaroises.

Premier constat : les aubergistes sont fatigués. Serge Gnabry, Thomas Müller, Leroy Sané, Leon Goretzka, Joshua Kimmich… la liste des cadres pas en forme ce mois d’avril est longue, soit par surmenage, soit par manque de rythme après des pauses forcées. Deuxième constat : les arrières, malgré la présence de trois internationaux français (Benjamin Pavard, Lucas Hernandez, Dayot Upamecano) ne sont pas au niveau de l’attaque en terme de qualité.

La jeunesse dorée de l’Ajax dans le spectateur

A trois ou quatre, la défense permet trop de ratésKicker se lamente. Il n’est pas coordonné, il manque de communication et de directeur… (Luc) Hernández est déterminé dans les duels, de l’école de Diego Simeone, mais il n’a que(Dayoth) Upamecano le don du renouveau lumineux. Pourtant, toutes ces stars en mauvaise forme se retrouvent titularisées match après match simplement parce que Julian Nagelsmann n’a pas de remplaçants d’égale valeur.

Conséquence : absence de compétition préjudiciable et accumulation de fatigue. Très loin des standards des autres grands européens, dont la profondeur de banc est généralement le point fort. Soucieux de la gestion rigoureuse de leur budget, les dirigeants n’envisagent pas de se ruiner pour attirer les stars. Les deux seuls joueurs ciblés jusqu’à présent sont deux espoirs de l’Ajax, Noussair Mazraoui et Ryan Gravenberch. Pas forcément suffisant pour donner à Julian Nagelsmann les armes pour gouverner à nouveau l’Europe…

Ligue des Champions

Tuchel contre l’arbitre : “Je l’ai vu rire et s’amuser avec Ancelotti”

IL Y A 7 HEURES

Ligue des Champions

Benzema, Kanté, Camavinga : comment les Français ont fait basculer le match

IL Y A 14 HEURES

Leave a Comment