ADVERTISEMENT

La collection Morozov rattrapée par la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine a enfin rattrapé la collection Morozov, exposée jusqu’à la semaine dernière à Paris : deux tableaux, dont celui de l’oligarque russe Petr Aven, cible d’un gel des avoirs, resteront en France.

C’est la première fois que cette vaste collection, composée de Van Gogh, Cézanne, Matisse, ainsi que d’œuvres de peintres russes tels que Malevitch et Répine, quitte la Russie, à cette échelle, pour être exposée à l’étranger.

Inaugurant l’exposition en septembre à la Fondation Louis Vuitton avec la ministre russe de la Culture Olga Lyoubimova, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il croyait “très profondément” que cela “convaincrait des millions de nos concitoyens qu’il y a quelque chose de commun et d’inséparable” entre les Français et les Russes.

ADVERTISEMENT

Bien qu’il se soit terminé dimanche dernier et qu’il soit en cours de démantèlement, le ministère français de la Culture a annoncé samedi que deux tableaux resteraient “en France”.

Le premier tant que “son propriétaire, un oligarque russe, reste soumis à une mesure de gel des avoirs”, a indiqué le ministère, sans en nommer le propriétaire.

Selon une source proche du dossier, c’est Petr Aven, proche de Vladimir Poutine, qui figure sur la liste des personnalités russes sous sanctions occidentales. Le tableau en question est un autoportrait de Piotr Konchalovski, datant de 1911.

ADVERTISEMENT

Le milliardaire, qui a annoncé mi-mars sa retraite du fonds d’investissement LetterOne, est un grand collectionneur d’art qui a par le passé prêté plusieurs de ses œuvres au MoMA de New York et à la Royal Academy de Londres.

Le deuxième tableau, un portrait de Margarita Morozova par le peintre Serov, restera en France « à la demande des autorités ukrainiennes. Il appartient au musée des beaux-arts de Dnipropetrovsk dans l’est de l’Ukraine et pourrait être endommagé.

Une troisième œuvre, “détenue par une fondation privée liée à un autre oligarque qui vient d’être inscrit sur la liste des personnalités visées par les mesures de gel, est en cours d’examen par les services de l’Etat”, a ajouté le ministère.

Il s’agit de la fondation privée Magma et de l’oligarque Vyacheslav Kantor, dont le tableau du peintre Serov représentant un proche de la famille Morozov fait également partie de la collection, a-t-on appris de source proche des archives.

Interrogée, la Fondation Louis Vuitton a déclaré qu’elle “respecterait la décision du gouvernement”.

Vers un record de fréquentation

Quelque 200 œuvres de Van Gogh, Gauguin, Renoir, Cézanne, Matisse, Bonnard, Monet et Manet sont exposées à partir du 22 septembre à la Fondation Louis Vuitton, à l’ouest de Paris, aux côtés de peintres russes tels que Golovine, Gontcharova, Korovine, Mashkov, Malevitch, Melnikov, Répine, Serov…

Ces chefs-d’œuvre ont été réunis par les deux frères Mikhaïl et Ivan Morozov, industriels passionnés d’art moderne de la fin du XIXe et du XXe siècle.

La plupart des œuvres doivent retourner dans leurs institutions d’origine, principalement le musée Pouchkine et la galerie Tretiakov à Moscou, ainsi que le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Même dans le cadre des sanctions européennes, les États membres de l’Union européenne peuvent abroger l’interdiction de transférer et d’exporter des œuvres d’art vers la Russie lorsque ces œuvres ont été prêtées dans le cadre de la coopération culturelle officielle avec la Russie, a indiqué le ministère.

Interrogée à plusieurs reprises, la fondation Vuitton n’a pas souhaité donner plus de détails sur le mode de transport pour des raisons de sécurité notamment.

L’exposition, prolongée jusqu’au 3 avril, a réuni plus d’un million de visiteurs malgré les restrictions sanitaires. Elle pourrait dépasser en termes de fréquentation celle d’un autre grand collectionneur russe, Sergueï Chtchoukine, qui avait attiré 1,29 million de visiteurs en 2016-2017 à la fondation privée, un record pour une exposition d’art en France.

Les chiffres définitifs de fréquentation de l’exposition Morozov devraient être connus en début de semaine prochaine.

Sandra BIFFOT-LACUT/AFP

La guerre d’Ukraine a enfin rattrapé la collection Morozov, exposée jusqu’à la semaine dernière à Paris : deux tableaux, dont celui de l’oligarque russe Petr Aven, visé par un gel des avoirs, resteront en France pour la première fois que ce vaste collection, formée par Van Gogh, Cézanne, Matisse, ainsi que des oeuvres de peintres russes tels que Malevitch et Repine,…

Leave a Comment