Le juge noir Ketanji Brown Jackson sera bientôt à la Cour suprême

ketanji Onykia Brown est née le 14 septembre 1970 à Washington. Ses parents, Johnny et Ellery Brown, voulant honorer leurs ancêtres africains, avaient demandé à un volontaire du Peace Corps servant en Afrique de l’Ouest de leur donner une liste de noms africains. Ils ont choisi Ketanji Onykia qui signifie « beau ».

Bien qu’il soit né dans la capitale, Ketanji Brown a grandi en Floride, son père était professeur d’histoire et il voulait étudier le droit dans une université de Miami. C’est en le voyant parcourir ses papiers judiciaires que la justice s’est prise d’affection pour lui.

Dans son lycée, elle était une élève particulièrement douée pour l’art oratoire, participant à des concours de débats avec d’autres écoles et remportant de nombreux prix.

Elle était très populaire et avait été élue “maire” de son lycée. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, elle a choisi d’aller à Harvard, ignorant les conseils d’un de ses professeurs qui lui a dit : « En tant que fille noire, ne visez pas trop haut !

Non seulement elle a été admise à la prestigieuse université où elle a obtenu deux diplômes, dont un en droit avec distinction (avec de grandes distinctions), mais c’est sur ce campus qu’elle a rencontré son futur mari, Patrick Jackson. “C’était mon premier amour”, a-t-elle déclaré en le présentant lors de ses auditions de confirmation devant la commission judiciaire du Sénat.

C’est une tradition qu’une personne dont la nomination doit être confirmée par le Sénat présente sa famille avant le début des questions des sénateurs.

Ketanji Brown Johnson a fait l’éloge de son mari, un chirurgien blanc, en disant : “Je ne doute pas que sans lui à mes côtés depuis le début de mon incroyable parcours professionnel, rien de tout cela n’aurait été possible.” Et en effet quelle course !

Le jeune juriste aura alterné entre le secteur privé comme avocat et la fonction publique. Il a tâté du journalisme, un an au magazine Time et un peu de théâtre, face à Matt Damon dans un cours de théâtre.

Mais, bien sûr, c’est le droit qui aura occupé l’essentiel de sa vie professionnelle : en tant que défenseur public, elle a défendu les pauvres qui n’ont pas les moyens de se payer un avocat.

Il a siégé à la commission des peines. Ses membres ont décidé de réduire les peines pour usage de drogue qui pénalisent de manière disproportionnée les Noirs. En 2012, le président Barack Obama l’a nommé juge de la Cour fédérale du district de Washington. Le Sénat l’approuve sans problème.

En mars 2021, Ketanji Brown Jackson a franchi une nouvelle étape et le Sénat a approuvé sa nomination à la Cour d’appel par un vote de 53 contre 44.

Et puis, le 25 février de cette année, Joe Biden, tenant sa promesse de nommer la première femme noire à la Cour suprême, l’a choisie pour succéder au juge progressiste Stephen Breyer, qui prendra sa retraite en juin.

S’il est confirmé, ce qui est pratiquement certain puisque les sénateurs républicains Mitt Romney, Susan Collins et Lisa Murkowski ont annoncé qu’ils rejoindraient 50 démocrates pour soutenir sa nomination (le Sénat devrait voter le 8 avril).

L’arrivée de Jackson ne changera pas la composition idéologique de la Cour suprême. Les conservateurs conserveront leur majorité de six contre trois, la nouvelle venue ne remplaçant qu’un seul juge de sa famille politique.

Au cours de son audience de confirmation de trois jours devant la commission judiciaire du Sénat, Ketanji Brown Jackson a calmement et dignement affronté le feu intense des questions pour la plupart hostiles de 11 sénateurs républicains.

Leurs 11 homologues démocrates ont joué le rôle de partisans du candidat. Mais ses partisans les plus fervents étaient assis derrière elle : son mari, Patrick, dont les chaussettes colorées à l’effigie des présidents Washington, Lincoln et Kennedy ont attiré l’attention des médias, et ses deux filles, Leila et Talia.

Leila en 2016 a envoyé une lettre au président Obama lui demandant de nommer sa mère à la Cour suprême, à la suite du décès du juge conservateur Antonin Scalia. Cela a peut-être pris un peu plus de temps, mais maintenant Ketanji Brown Jackson est prête à écrire son nom dans l’histoire.

Une consécration qui ne surprendra pas ses anciens camarades de lycée qui, émerveillés par sa personnalité et ses capacités intellectuelles, savaient qu’il irait loin. La seule question qui restait selon eux à l’époque était de savoir s’il se retrouverait à la Cour suprême ou à la Maison Blanche.

Articles susceptibles de vous intéresser

mercredi 30 mars 2022

L’acteur Bruce Willis souffre d’aphasie et met fin à sa carrière

lundi 28 mars 2022

Covid-19 : l’Israélien Bennett testé positif après sa rencontre avec Blinken

vendredi 25 mars 2022

Rencontre “historique” prévue en Israël avec le Maroc, les Etats-Unis, les Emirats et Bahreïn

Leave a Comment