Le livre de la semaine : Spécial BD

Un spectacle pour cinq comiques

En cela je le fais dans le double thème : 1 bande dessinée, 2 période historique.

Ces 3 bandes dessinées sont sorties à peu près au même moment et s’étendent sur la même période pour aborder des sujets aussi éloignés.

Nous sommes pendant la Seconde Guerre mondiale, en France, en Belgique, c’est une question de résistance, de survie et de comportement…

Mais rentrons dans le détail

après la rafle de Arnaud Delalande et Laurent Bidot avec Joseph Weismann dans Arènes BD

Deux enfants raflés au Vel’ d’Hiv’ parviennent à s’évader du camp de Beaune-la-Rolande, camp de transit vers les camps d’extermination. C’est Jo Weismann, aujourd’hui âgé de 90 ans, qui s’acquitte de ce devoir de mémoire. Un témoignage significatif de la responsabilité de notre pays dans l’accompagnement des décisions prises par les forces d’occupation. Une bande dessinée qui dit où sont les responsables et que l’histoire récente a reconnu. Témoignage émouvant bien mis en valeur par la mise en scène des dessins de Delaland et Bidot.

La fausse NUIT de Denis Lapière, Daniel Couvreur et Christian Durieux à Futuropolis. Les résistants en Belgique décident de publier un FAUX journal Le Soir sous le nez et la barbe des nazis. L’ensemble de l’assemblée, les actions mises en branle pour éditer et distribuer ce journal, qui était une satire du renouveau récupéré et publié par des collaborateurs des Allemands. Un exemple d’organisation et de lutte contre un occupant en colère… jusqu’à une petite erreur.

monsieur le commandant de Bétaucourt et Oburie selon Romain Slocombe dans Philéas est une toute autre histoire ; celle d’un antisémite tombé amoureux d’une femme juive.

âge de l’eau

Pour ceux qui n’ont pas encore lu les BD de Benjamin Flao (Kililana Song ou Essence, sans oublier l’illustration graphique de l’excellent roman danois de Jorn Riel : Heq), le moment est venu de le découvrir avec son nouvel ouvrage “l’âge de l’eau” . » T1.

Nous sommes du côté de la Loire, l’eau a monté du fait de l’aveuglement des populations, et il n’y aura pas de descente. Face à ce phénomène, de nombreuses populations sont déplacées et survivent tant bien que mal en dehors des “zones autorisées”.

Deux frères partent à la recherche d’un endroit plus sûr où vivre pour protéger leur mère qui ne veut pas “obéir aux règles”. Cette histoire d’anticipation nous fait sentir ce que la fracture sociale a mis en branle et que le futur proche ne fera qu’amplifier.

Une réflexion forte sur les moyens que nous allons nous donner pour préparer le monde de demain sur les ruines de notre incohérence… avec un chien bleu télépathique qui sonde nos âmes… en reflet de la constellation du chien !

Il faut noter la théorie avancée sur la question du contrat lors d’une conférence… elle est magistrale et laisse beaucoup de questions. La relation aux autres est aussi une caractéristique essentielle de cette aventure soulignée par des dessins qui sont une alternance de coups de crayon réalistes très expressifs qui soulignent la désagrégation de ce monde et des planches qui sont plus des tableaux à pleine page pour nous donner réflexion, encouragement et profondeur. Cette alternance est magnifique.

Le tome 2 n’est pas encore sorti, mais on peut déjà raisonnablement affirmer que ce diptyque d’anticipation marquera cette année 2022 dans la catégorie BD.

Les vagabond étoile

Si vous ne connaissez pas déjà le trait de crayon de la carrière de Riff Reb (Dominique Duprez), volez !

Un trait, des personnages qui ont la gueule pleine, des bateaux dans toutes leurs expressions, un souffle de vent dans leurs histoires, un vrai délice pour les amateurs de BD.

voici la question du vagabond des étoiles œuvre librement adaptée de Jack London qui nous fait revisiter cette œuvre méconnue de Jack London.

Edité par Noctambule, cet album, sorti en décembre 2021 et réunissant les deux tomes, nous montre le monde carcéral et les limites de son univers. On y reconnaît le travail politique de Londres et son questionnement sur certains aspects de notre société… il a été mis en veilleuse.

Il rend également hommage à sa mère et à ses pratiques spirites, courantes à l’époque. L’occasion de se lancer dans un univers onirique et fantastique qui nous captive du début à la fin.

Enfin, le dessin de Riff Reb, précis, réaliste et expressif notamment en ce qui concerne “les bouches”, est approfondi par un choix de différents thèmes monochromes symbolisant les différentes époques. Beau travail.

Voici un livre qui nous fait revisiter nos classiques et nous laisse déambuler dans les thèmes évoqués par Riff Reb’s.

Ne doute pas.

Par Dominique Mourlane
libraire au Relais de Poche à Verniolle

Leave a Comment