ADVERTISEMENT

Le Polisario assure que le soutien du Conseil de sécurité de l’ONU dans sa que d’autodétermination.

Paris, 23 avril. (Bénin Actu) –

La représentation du Front Polisario des Nations unies a assuré qu’elle soutiendrait le Conseil de sécurité pour une “solution pacifique, juste et durable” pour l’autodétermination du peuple sahraoui face à la promesse d’alternatives “douteuses” basées sur « L’expansionnisme ».

C’est ce qu’a fait savoir le délégué du Polisario auprès de l’ONU, Sidi Omar, dans sa partie des consultations du Conseil de sécurité tenues mercredi dernier à huis clos avec l’envoyé du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, et le chef de la mission onusienne pour la zone, Alexander Ivanko.

ADVERTISEMENT

« Le ferme soutien, exprimé par les consultations, à la nécessité de parvenir à une solution pacifique, juste et durable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental est une réponse claire au fait qu’il souhaite maintenir le ‘statut quo’ et “Promouvoir des solutions douteuses fondées sur l’expansionnisme et la violation des normes fondamentales du droit international”, a déclaré le représentant du Polisario.

Le représentant du Polisario à l’ONU a réaffirmé que l’organisation “n’acceptera jamais la politique de l’accompli” — en référence à la revendication de souveraineté du Maroc sur le territoire — et qu’elle continuera à user de la légitimité “tous les moyens” défendre les droits sacrés du peuple sahraoui et ses aspirations nationales à la liberté et à l’indépendance ».

Le groupe dit pour l’indépendance du Sahara occidental de New York a exhorté le Conseil de sécurité des Nations unis à trouver un moyen pour que la MINURSO remplisse sa première mission et organise un vote sur l’indépendance du Sahara occidental.

ADVERTISEMENT

L’ancienne colonie espagnole a été occupée par le Maroc en 1975 par la Marche verte, suite à un accord de cession signé avec Madrid et malgré la résistance du Front Polisario, qui a proclamé l’indépendance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

La cessation de 1991 a été signée par le Maroc et le Polisario dans la foulée de l’organisation d’un référendum d’autodétermination, avec plus de divergences sur la manière d’établir la reconnaissance et sur l’inclusion ou la non-détermination des colons marocains jusqu’à présent incapable sa tenue.

En outre, le Polisario a qualifié le cess-le-feu de 1992 pour briser la suite de l’expulsion des militants sahraouis du poste frontière avec la Mauritanie à Guerguerat par les forces militaires marocaines en novembre 2020. Rabat considère la zone située entre le poste et la frontière mauritanienne comme un “no man’s land”, tant que le Front Polisario le considère comme un territoire à part entière.

Le dernier revers pour les indépendantistes sahraouis a été le soutien du gouvernement espagnol au plan d’autonomie marocain rendu public le 18 mars dans une lettre adressée au roi alaouite, Mohamed VI, un changement de position présenté comme un métier pour le Front Polisario, qui rappelle que l’Espagne est toujours la puissance occupant « de jure » le Sahara occidental.

Dans les résumés de la réunion, M. Omar a également pris connaissance des « préoccupations » de certains membres des Nations Unies concernant la détérioration de la situation des droits de l’homme au Sahara occidental et que « témoigne à nouveau de la nécessité urgente de ‘établir un mécanisme indépendant et permanent des Nations Unies pour la protection de la population du territoire’.

Le Polisario réaffirme, une fois de plus, que “la seule voie viable et faisable” donne la solution qu’il accepte pour la décolonisation du Sahara Occidental est “permettre au peuple sahraoui d’exercer librement et démocratiquement son droit inaliénable et non négociable” à l ‘autodétermination’.

“Le temps est venu pour les Nations Unies et la communauté internationale de combiner leur engagement déclaré envers le droit international et les résolutions de l’ONU avec des actions concrètes pour réaliser la décolonisation du Sahara occidental”, a conclu le représentant.

Leave a Comment