ADVERTISEMENT

Le prix de cet aliment largement consommé en France va augmenter de façon spectaculaire !

Une tomate très appréciée des Français pourrait voir son prix grimper de manière exponentielle dans les prochains jours, en raison de la guerre en Ukraine.

Cet aliment, qui présente des avantages importants comme la réduction de l’hypertension grâce à sa forte teneur en potassium, est largement cuisiné en France. Certains pensent que c’est un légume, mais c’est en fait un fruit.

prix des tomates

Tomates : un aliment important dans notre alimentation

En sauce, cuite ou crue, la tomate peuple nos frigos, partout en France. Les producteurs le regrettent : une tomate sur deux n’est pas française. Sur notre territoire, pas moins de 80% de la production de tomates est cultivée au sol, ce qui nécessite un chauffage au sol.

ADVERTISEMENT

En effet, les variations de température de ces derniers mois ont réduit la production française.

En fonction de l’augmentation des tomates dans les bacs des supermarchés, le consommateur pourrait recourir à des producteurs espagnols ou d’autres pays européens.

ADVERTISEMENT

Dans France, 80% des tomates sont cultivées hors sol. En d’autres termes, c’est le chauffage artificiel qui, dans les grandes serres, joue le rôle du soleil. Plus il fait froid, plus il faut augmenter le chauffage.

Une cause bien précise de cette augmentation soudaine

La guerre en Ukraine nous a conduits à réduire nos importations nationales, diverses et varié.

Le prix de de l’essence, mais aussi le prix du gaz tend à exploser en France et sur les marchés économiques européens ; mais alors pourquoi le prix des tomates pourrait-il augmenter de façon exponentielle dans les prochains jours ?

En raison de la guerre en Ukraine, certains producteurs attendez-vous à un coup de pouce des grands groupes de distribution et de la grande distribution, notamment à la marge.

En fait, le prix du gaz pourrait approcher 220 euros par mégawatt très bientôt, contre 30 euros avant. Un vrai choc pour les producteurs. Françaisqui auront sans doute du mal à résister à cette augmentation.

Attention, le prix des tomates françaises pourrait fortement grimper

La guerre en Ukraine a des conséquences inattendues sur la production de certains les fruits et légumes Français. C’est notamment le cas de la tomate, comme le rapportent nos confrères du Figaro.

En effet, alors que 95 % des tomates produites en France sont cultivées hors sol, le chauffage de ces serres problématique. Outre l’impact écologique constamment pointé du doigt puisqu’il permet de produire des tomates toute l’année, les producteurs font face à la hausse des prix de l’énergie. Car pour chauffer ces serres, il faut utiliser gaz.

Pourtant, en un an, le prix du gaz a décuplé selon nos pairs, et le prix du mégawattheure explose.

Interrogé par TF1, un agriculteur breton confirme le retard : “Nous plantons trois mois plus tard que d’habitude et nous arrêterons la récolte mi-fin septembre au lieu de fin octobre comme d’habitude”, a-t-il précisé.

Votre serre, qui est maintenant à 12 degrés au lieu de 20, devrait déjà porter ses fruits.

Rareté et augmentation ?

Pourquoi si tard? encore le Récompense de l’essence. Le producteur breton a dû attendre l’arrivée du printemps pour commencer à chauffer ses serres. D’autres, qui n’ont peut-être pas pu déclarer leur plantation, ont déjà dû jeter des marchandises. Et maintenant, les rayons des supermarchés sont parfois vides de tomates françaises, constate Le Figaro.

Il y a des tomates, mais elles viennent du Maroc ou d’Espagne. Pour le producteur interrogé par TF1, qui espérait passer tranquillement à à la retraitela donne a changé : depuis quatre ou cinq mois, je me suis beaucoup remis en question, avoue-t-il.

Pour les 1 200 hectares de serres françaises, le problème ne vient pas seulement d’Ukraine. La guerre en Europe de l’Est n’a fait qu’accentuer la hausse croissante des prix. Alors que le prix du mégawattheure a longtemps oscillé entre 15 et 30 euros, est passé à 220 euros en février. Aujourd’hui, il s’est stabilisé autour de 90 euros, mais il reste encore trop cher.

Tomates

Le président de la coopérative bretonne Solarenn prévient : Avec le prix actuel du chauffage, cela signifie que demain nous n’aurons plus de tomates cultivées en France. Quelle solution alors ? Selon certains horticulteurs, les prix devraient être multipliés par deux ou trois. Au risque de voir que les Français n’achètent plus local.

Leave a Comment