ADVERTISEMENT

Le soutien aux pays en développement pendant la crise du COVID-19 a stimulé l’aide étrangère en 2021

04/12/2022 – Selon les données préliminaires compilées par l’OCDE, l’aide étrangère décaissée par les donateurs officiels a atteint un niveau record de 179 milliards USD en 2021, soit une augmentation de 4,4 % en termes réels par rapport à 2020, ce qui reflète le soutien apporté par les pays développés aux pays en développement face à la crise du COVID-19.

© Statistiques CAD (2022) - Augmentation de l'aide publique au développement en 2021 grâce au soutien contre le COVID-19L’aide publique au développement (APD) versée par les membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE en 2021 comprend 6,3 milliards de dollars pour fournir des vaccins contre la COVID-19 aux pays en développement, ce qui représente 3,5 % de l’APD totale. Hors montants décaissés à cet effet, l’APD affiche une augmentation de 0,6% en termes réels par rapport à 2020.

ADVERTISEMENT

L’APD correspondant aux dons de vaccins contre la COVID-19 s’est élevée à près de 857 millions de doses au profit des pays en développement. Sur le total de 6,3 milliards de dollars, 2,3 milliards de dollars (soit 1,3 % de l’APD totale) provenaient de dons de doses excédentaires provenant des stocks nationaux de vaccins (soit près de 357 millions de doses), 3,5 milliards de dollars de dons de doses achetées spécifiquement pour les pays en développement, et 500 millions de dollars liés aux coûts connexes. Tous les donateurs du CAD sauf un ont suivi la recommandation de l’OCDE de fixer la valeur des dons excédentaires de vaccins COVID-19 en 2021 à 6,72 USD par dose, et d’ajuster si nécessaire lorsque le prix d’achat était inférieur, afin de ne pas surestimer l’APD ( voir Notes d’orientation de l’OCDE sur l’évaluation des dons de surdoses de vaccins en 2021 et informations complémentaires).

Au total, les donateurs du CAD ont alloué 18,7 milliards de dollars aux activités liées à la COVID-19, ce qui représente 10,5 % de leur APD nette combinée pour 2021, contre 16,6 milliards de dollars, soit 10,2 % de l’APD totale, en 2020.

Présentation de ces nouvelles données, le Secrétaire général de l’OCDE, M. Mathias CormannIl a déclaré : « Les pays de l’OCDE ont montré une fois de plus, même en temps de crise, leur volonté de redoubler d’efforts et de soutenir les pays et les populations les plus vulnérables. Alors que l’effort de l’année dernière a été une autre étape importante dans le soutien au développement, nous avons encore beaucoup à accomplir. La guerre non provoquée de la Russie contre l’Ukraine a conduit à une nouvelle crise humanitaire, à laquelle le monde est désormais confronté, et nous devons redoubler d’efforts pour aider les pays en développement qui subiront le poids des pénuries d’approvisionnement et de la hausse des prix des denrées alimentaires et des principaux produits de base.

ADVERTISEMENT

L’APD totale de 2021 équivaut à 0,33 % du revenu national brut (RNB) combiné des donateurs du CAD, inchangé par rapport à 2020 et toujours inférieur à l’objectif de 0,7 % des Nations Unies. Les fluctuations des niveaux de RNB causées par la crise du COVID-19 auront influencé l’évolution de ce ratio depuis 2020. Cinq membres du CAD (Allemagne, Danemark, Luxembourg, Norvège et Suède) ont atteint ou dépassé l’objectif de 0,7 % en 2021.

L’APD a augmenté dans 23 pays du CAD en 2021, une augmentation dans de nombreux cas due à un soutien supplémentaire aux pays en développement touchés par la crise du COVID-19. Il a chuté dans six pays. Les plus fortes hausses ont été enregistrées par l’Italie (+34,5%), la Corée (+20,7%), la Slovénie (+19,0%), l’Irlande (+14,8%), les États-Unis (+14,4%) et la Nouvelle-Zélande (+13,8%). , Espagne (+12,5%), Japon (+12,1%) et Islande (+11,7%).

« Au début de la pandémie, les membres du CAD se sont engagés à œuvrer pour protéger les budgets de l’APD. Aujourd’hui, ils continuent de tenir cet engagement, malgré de fortes pressions budgétaires et économiques encore aggravées par la guerre en Ukraine”, a-t-il déclaré. Présidente de l’ADC, Mme Susanna Moorehead. « La multiplicité des crises entraîne une multiplicité de demandes auxquelles l’APD doit répondre. L’APD doit aider les personnes dans le besoin dans tous les pays partenaires, qu’elles soient contraintes de fuir en raison d’un conflit, qu’elles souffrent de la famine ou qu’elles soient particulièrement pauvres et vulnérables, comme c’est notamment le cas des femmes et des enfants, qui sont les plus touchés ».

L’aide humanitaire s’est élevée à 18,8 milliards de dollars en 2021, soit une augmentation de 3,5 % en termes réels par rapport à 2020. Les opérations d’allégement de la dette sont restées faibles à 545 millions de dollars. L’APD allouée aux réfugiés hébergés dans les pays donateurs s’élevait à 9,3 milliards de dollars en 2021, une variation moindre en termes réels par rapport à 2020, et représentait 5,2 % de l’APD totale. L’APD consacrée à ces « coûts internes des réfugiés » a presque diminué de moitié (en termes réels) depuis qu’elle a culminé à 16 milliards de dollars en 2016, alors que ce poste représentait 11,0 % de l’APD.

La part des prêts et des prises de participation dans l’APD bilatérale brute des membres du CAD est passée de 21 % en 2020 à 19 % en 2021, le reste étant alloué sous forme de dons. Cette baisse est survenue alors que les prêts souverains bilatéraux des pays membres du CAD ont chuté de 4,6 % en termes d’équivalent-don, après avoir augmenté de 35 % en termes réels entre 2018 et 2020. Les pays dont la part des prêts dans son APD bilatérale est la plus élevée sont le Japon (55 %). , Corée (36 %) et France (23 %).

L’APD représente plus des deux tiers du financement extérieur alloué aux pays les moins avancés. L’OCDE surveille également les contributions de certains fournisseurs non membres du CAD et de fondations privées. Les données préliminaires publiées par l’OCDE en avril sont suivies de statistiques finales publiées vers la fin de l’année, qui fournissent une ventilation géographique et sectorielle détaillée (voir la ventilation de l’APD 2020 à OCDE.Stat Développement.)

L’APD nette a augmenté régulièrement à l’échelle mondiale en termes de volume depuis 1960, date à laquelle l’APD a été mesurée pour la première fois et s’élevait à un peu moins de 40 milliards de dollars (en 2020). Elle a plus que doublé en termes réels (+118%) depuis 2000, année de l’adoption des Objectifs du Millénaire pour le Développement, malgré l’impact de la crise de 2008 sur l’épargne des fournisseurs. L’APD nette a augmenté de 20 % depuis l’adoption des ODD en 2015.

Liens vers des données d’aide et des informations générales :

Pour plus d’informations, les journalistes sont invités à contacter Catherine Bremer., Bureau des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 80 97).

Le CAD est un comité de l’OCDE qui sert de forum à 30 organisations donatrices et observatrices.

L’APD est définie comme un flux de financement public concessionnel destiné à promouvoir le développement économique et le bien-être des pays à revenu faible ou intermédiaire. L’APD nette est l’APD totale dépensée moins les remboursements du principal des prêts par les pays bénéficiaires.

L’OCDE, qui travaille avec plus de 100 pays, est un forum politique international qui s’emploie à promouvoir des politiques visant à améliorer le bien-être économique et social des citoyens du monde entier.

aussi disponibleaussi disponible

Leave a Comment