Macron qualifié devant Le Pen pour le second tour

« Après trois estimations de différents instituts, le président sortant arrive en tête avec des scores compris entre 28,6 et 29,7 %, au terme d’une campagne lourdement interrompue par la pandémie et la guerre en Ukraine. Marine Le Pen occupe la deuxième place, entre 23,5 et 24,7% selon les estimations des instituts Opinionway, Ifop et Harris, devant le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon qui oscille entre 19,8% et 20,5%.

L’abstention est particulièrement élevée, entre 26,2% et 29,1% selon deux estimations, marquant le mépris grandissant des Français pour leur classe politique. C’est en hausse par rapport aux 22,2 % de 2017, alors que le record est de 28,4 % en 2002. Marine Le Pen, battue par Emmanuel Macron en 2017, n’a jamais paru aussi près de la victoire selon les sondages réalisés avant les élections qui la donnent. le perdant de très peu, dans la marge d’erreur.

Mais il semble disposer d’une réserve de voix relativement faible pour le second tour au regard des estimations de score de l’autre candidat d’extrême droite Eric Zemmour (entre 6,8% et 7%). Une victoire de Mme Le Pen pourrait avoir des conséquences internationales importantes, compte tenu de ses positions hostiles à l’intégration européenne et de sa volonté, par exemple, de quitter le commandement intégré de l’Otan. Son élection créerait une double première : la première montée au pouvoir par les sondages de l’extrême droite et la première femme présidente.

Un moment clé des deux semaines de la nouvelle campagne qui débute sera le 20 avril lors du traditionnel débat télévisé entre les deux tours. En 2017, le phénomène Emmanuel Macron dynamitant la gauche et la droite depuis le centre, avait nettement dominé Marine Le Pen. En 2022, la fille de l’ancien et sulfureux tribun Jean-Marie Le Pen, qui avait été la première à diriger l’extrême droite au second tour en 2002, semble bien mieux préparée. Il a mené une campagne de terrain, centrée sur le pouvoir d’achat, principale préoccupation des électeurs, alors qu’Emmanuel Macron, acculé par la guerre en Ukraine et peut-être trop confiant par les sondages, s’est peu impliqué dans ce premier tour.

La campagne électorale a été inédite car elle a été complètement interrompue par la pandémie de Covid 19 et la guerre. Confus ou fatigués, de nombreux Français se sont abstenus ou ont hésité jusqu’au dernier moment avant de choisir leur candidat parmi les douze prétendants. Comme Françoise Reynaud, électrice de 55 ans à Marseille (sud) : “Sur les 12, j’en avais sélectionné quatre hier soir, et j’ai tranché ce matin.” A Pantin, en région parisienne, Blandine Lehout, comédienne de 32 ans, a expliqué qu’elle ne voterait pas : ” c’est la première fois de ma vie« , «Mais maintenant, je les déteste tous. Nous sommes à un stade où ils me font peur“, elle explique.

L’abstention sera également l’un des principaux enjeux du second tour, ainsi que l’extension des votes. Certains candidats ont déjà annoncé qu’ils appelleraient au blocage de Mme Le Pen, comme le communiste Fabien Roussel. Mais la stratégie du “Front républicain”, utilisée depuis des décennies par les partis de gouvernement pour tenter d’enrayer l’avancée de l’extrême droite, semble désormais s’essouffler car la méfiance des électeurs est grande. Dans l’entourage de Macron on admet que ce réflexe, dont il avait bénéficié lors de son élection en 2017, n’est plus au rendez-vous.

Sentant la menace, le candidat à la présidentielle a accéléré sa campagne en fin de semaine et multiplié les attaques contre une extrême droite “banalisée”. La gauche est ainsi expulsée du second tour pour la deuxième fois consécutive après 2017, ce qui n’était jamais arrivé sous la Ve République (depuis 1958). Le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, troisième mais loin derrière, a appelé en vain à un “vote utile” sur son nom. Il avait annoncé avant les élections qu’il consulterait sa base avant de se prononcer sur une éventuelle consigne de vote. La droite traditionnelle a également enregistré un score bas sans précédent, avec Valérie Pécresse autour de 5%.

Leave a Comment