ADVERTISEMENT

Marvel (encore) accusé d’avoir maltraité et “insulté” des auteurs de BD

Alors que son personnage America Chavez se prépare à rejoindre Doctor Strange dans les films, Joe Casey il évoque l’offre “insultante” des studios d’adapter son personnage au grand écran.

Merveilleux Serait-il accusé d’avoir maltraité les auteurs des comics sur lesquels sont basés ses blockbusters ? Oui Docteur étrange dans le multivers de la folie est sur le point d’aborder les conséquences de l’ouverture d’une fracture multiverselle, le film sera également l’occasion d’intégrer de nouveaux héros dans l’univers cinématographique Marvel.

Parmi cette bande de nouveaux venus, América Chávez, la première héroïne et lesbienne latino-américaine qui jouera le très jeune Xochitl Gomez. América Chávez aurait dû être présentée dans Spider-Man : Pas de retour à la maisonmais après un premier sursis, elle sera finalement découverte aux côtés du docteur Strange.

ADVERTISEMENT

Si l’arrivée du personnage sur grand écran est de quoi ravir les fans des comics Miss America, il y a cependant un hic. Au vu de la future exploitation lourde du personnage, son co-créateur Joe Casey serait logiquement en droit d’attendre une compensation décente de la part de Marvel Studios. mais non et Ce n’est pas la première fois Marvel ne paie pas trop les auteurs de bandes dessinées derrière les inspirations cinématographiques.

Docteur Strange dans le multivers de la folie : Photo, Benedict Cumberbatch, Benedict Wong“Votre auteur a été payé” “Non, et vous ?” “Non et toi ?” “Ne pas”

Profiter à leurs auteurs ? Parce que l’enfer ?

Partant du constat bien connu qu’un artiste ne vit que d’amour et d’encre fraîche, la société américaine conserve automatiquement la propriété intellectuelle de tous les personnages inventés dans le MCU, et n’offre en retour qu’une modeste rémunération fixée à environ 5 000 $ par auteur/artiste. Une somme aussi grotesque que ridicule compte tenu des milliards de dollars que le studio gagne grâce à ses productions.

ADVERTISEMENT

Si Disney soutient qu’il arrive, parfois, à chaque lune bleue, que des sommes plus importantes soient versées, le montant mentionné ci-dessus semble être la norme à l’intérieur de la boîte. Si la quantité semble faible, les responsables du studio aux grandes oreilles aiment à retenir la bouche sur le cœur et un flacon de lubrifiant à la main. que les contrats signés par les artistes n’engagent en aucun cas l’entrepreneur à compenser financièrement l’exploitation des futures poules aux oeufs d’or.

Avengers : Fin de partie : Robert Downey Jr.Un auteur le 3 du mois.

Le co-créateur d’América Chávez a donc un goût amer dans la bouche : s’il est fier de son personnage et de tout ce qu’elle symbolise avec les différentes communautés qu’il représente, l’auteur a avoué le journaliste hollywoodien Je regrette que son adaptation cinématographique soit réalisée sans être rémunérée décemment :

Marvel possède America Chavez, cela ne fait aucun doute. Mais il y a toujours un problème systémique dans la façon dont les créateurs ne sont pas récompensés ou respectés. Marvel ne m’a jamais rien payé pour America Chavez. Ni à cause de sa participation à Doctor Strange 2, ni à cause des nombreux épisodes de séries animées, ni des figurines qu’ils ont réalisées à son effigie, ni des jeux vidéo dans lesquels il apparaît… Et ils semblent plutôt sereins face à cette décision.

Apprenant l’exploitation de son personnage dans la suite des aventures de Doctor Strange, Casey est contraint d’aller réclamer lui-même une proposition de contrat à Disney. Cependant, il dit avoir refusé une proposition, trouvant le montant offert par les studios offensant et inapproprié.

Avengers : Infinity War : photo, Chris Evans, Scarlett Johansson, Danai Gurira, Chadwick Boseman, Sebastian StanLa chasse à l’argent maintient les artistes en forme

UNE TRÈS MAUVAISE HABITUDE

Joe Casey está lejos de ser el primer artista-autor que se ha quejado públicamente de esta falta de consideración de los estudios hacia los equipos creativos: en 1938, Jerry Siegel y Joe Shuster vendieron su Superman a DC por 138 dólares, y no recibieron ni un sou. penny de plus par la suite malgré le succès que connaîtra le personnage.

Plus récemment, Jim Starlin, le créateur de Thanos, se plaignait du peu d’argent que lui rapportait l’utilisation du personnage emblématique, mais figure centrale dans les deux derniers ouvrages de la colossale saga de l’infini : Avengers : guerre à l’infini (2018), et fin de partie des vengeurs (2019). Et si Starlin a finalement réussi à négocier un meilleur contrat, Ed Brubaker ne peut pas en dire autant : l’auteur qui aura ressuscité Bucky Barnes, alias le Soldat de l’Hiver dont dépendent plusieurs films et sa propre série. Faucon et le soldat de l’hiver, non seulement il n’aurait pas été adéquatement indemnisé pour l’exploitation du personnage, mais en plus il n’aurait pas été invité à la projection de Capitaine Amérique: Le Soldat de l’Hiver. Une hauteur.

Sebastian Stan : Image, Captain America : Le Soldat de l'Hiver“Pourquoi mon auteur n’est-il pas à la projection ?”

Alors que Casey était bien sûr conscient de la machine impitoyable dans laquelle il s’embarquait en acceptant de travailler pour Marvel, ces derniers ont néanmoins déploré le manque de communication et de transparence des études :

Pour moi, ce n’est pas tant une question d’argent. Ce n’est même pas une question de respect. Je ne m’attends pas à être respecté par une entreprise comme celle-ci. J’ai la chance aujourd’hui d’être dans une position où je peux me permettre de décliner, de ne pas accepter cette offre insultante, et où je peux me permettre d’en parler publiquement. Et peut-être, sait-on jamais, que la prochaine personne aura de meilleures chances de récupérer l’argent qui lui est dû, et cet argent pourrait changer votre vie.

Avengers : Infinity War : photo, Scarlett JohanssonScarlet, près des bureaux de DisneyOui

Je ne suis ni amer, ni offensé. Je sais comment les choses fonctionnent dans cet environnement. Mais je sais aussi que c’est comme ça qu’on peut changer les choses, en en parlant.

Et en fait, il n’y a qu’à voir les répercussions de la procès intenté par Scarlett Johansson contre Disney : En rendant l’affaire publique, l’actrice a ouvert la voie à des acteurs au profil plus modéré pour mieux défendre leurs droits. En espérant donc que la déclaration de Casey sur cette maltraitance financière des artistes ajoute un peu de poids à l’équilibre du dérailleur.

Leave a Comment