Michel Côté dans cinq films marquants

La nouvelle est tombée jeudi après-midi : victime d’une maladie de la moelle osseuse, l’humoriste Michel Côté retirer de la vie publique. Le médium tant qu’il sonne comme le public. Et pour cause. Outre ses succès sur scène et à la télévision, broue pour OmertaDurant les quatre décennies de sa carrière, Michel Côté a été l’un des acteurs les plus populaires du cinéma québécois. Retour sur cinq films marquants.

Au clair de lune, d’André Forcier, 1983

Dès ses débuts sur grand écran, Michel Côté a tout de suite suscité l’imaginaire dans le rôle de Frank, un oiseau de nuit albinos qui, flanqué d’un ancien champion de quilles, aspire à un El Dorado chimérique.

Empreint de poésie et de surréalisme, A la lumière de la Lune est l’un des films les plus caractéristiques et les plus beaux d’André Forcier. Ce dernier redirigera l’acteur dans son redoutable Le vent du Wyoming.

Cruise Bar, de Robert Ménard, 1989

Tout n’a pas bien vieilli dans cette “grande” comédie, mais il est indéniable que Michel Côté lui donne une leçon de jeu dans quatre rôles contrastés, c’est-à-dire comme tant d’hommes qui arpentent les bars en quête d’amour ou de sexe.

Impossible de ne pas avoir une pincée devant les déboires successifs du timide maladif Serge ; ne riant pas joyeusement quand « le divin » (Louise Marleau, qui d’autre ?) lance au pédant Jean-Jacques que « ta maladie se guérit, une douce morsure » ; ne pas rire de l’orgasme tonitruant et soutenu de Pauline Lapointe; pour ne pas s’inquiéter (oui, oui) quand Gérard, l’infidèle chronique, se rend compte qu’il vient de perdre sa femme (jouée par Véronique Le Flaguais, la femme de l’acteur de la ville).

Le premier de plusieurs films de l’acteur à battre le box-office.

MAD, de Jean-Marc Vallée, 2005

Dix ans après le succès surprise du thriller Liste noireMichel Côté a retrouvé le regretté cinéaste Jean-Marc Vallée pour ce qui allait devenir l’un des triomphes critiques et populaires les plus mémorables de l’histoire du cinéma québécois.

film phénoménal, FURIEUX livré ce qui demeure sans doute la partition la plus émouvante de Michel Côté, inoubliable en père dont les valeurs conservatrices sont en contradiction avec son amour sincère pour le quatrième de ses cinq enfants (Marc-André Grondin), qui est gai.

Ce faisant, Jean-Marc Vallée raconte le Québec des années 1970 avec un mélange parfait de nostalgie et d’humour. Ceci, avec le brio technique qu’il perfectionnera plus tard à Hollywood.

Quant à Michel Côté, il a reçu pour ce rôle le prix d’interprétation dans Iris (alors Jutra) et Écrans canadiens (alors Génie).

De père à policier, d’Émile Gaudreault, 2009

Avec des revenus de près de 9 millions de dollars, cette comédie policière impertinente est l’un des deux seuls films québécois, avec Bon flic, mauvais flic (Érik Canuel, 2006), autre comédie policière, à figurer dans le top 10 des succès au box-office québécois, là où ne trônent autrement que les superproductions hollywoodiennes. La vedette et l’humoriste Louis-José Houde brillent en duo de flics père-fils aux tempéraments opposés.

Piché entre ciel et terre, de Sylvain Archambault, 2010

Michel Côté a trouvé un autre rôle de premier plan en la personne du capitaine Robert Piché qui, en 2001, a sauvé les 306 personnes à bord de son vol en effectuant un atterrissage d’urgence héroïque.

Cependant, pour le pilote québécois, la célébrité est venue la découverte de problèmes personnels importants, dont l’alcoolisme.

A noter que lors de séquences se déroulant dans le passé, c’est le fils de Michel Côté, le comédien Maxime Le Flaguais, qui interprète Piché. Le film a été champion du box-office l’année de sa sortie. En 2013, Michel Côté a reçu le Prix d’excellence de Québec Cinéma.

À l’exception deUNUnder the Moonlight les films mentionnés sont disponibles en VOD sur la plupart des plateformes.

à voir en vidéo

Leave a Comment