ADVERTISEMENT

Nouveaux films et séries à voir sur Netflix du 1er au 7 avril

Photo Sylvester Stallone

Netflix sort chaque semaine une série de films et de séries dans son catalogue, sans que personne ne s’en rende compte ni que la plateforme ne l’annonce officiellement. Le grand écran revient aux nouvelles fonctions ajoutées par Netflix du 1er au 7 avril 2022, films et séries réunis dans une liste non exhaustive.

Quels sont les films et séries incontournables ce week-end sur la plateforme de streaming ?

ADVERTISEMENT

la bulle

Disponible sur Netflix – Durée : 2h06

De quoi parlez-vous? Absences, soirées pyjama et dépressions nerveuses. Confinés dans un hôtel de luxe, les acteurs et l’équipe d’une franchise à succès tentent de terminer une suite.

Pourquoi dois-tu le voir ? Parce que La bulle est le nouveau film réalisé par Judd Apatowle cinéaste qui a réalisé 40 ans, toujours vierge, folle amy et Le roi de Staten Island. Cette comédie a eu droit à une promotion ludique, puisqu’elle a été présentée par une bande-annonce fictive pour un blockbuster Parc jurassique, Cliff Beasts 6: La bataille pour l’Everestaccompagné de reportages sur la fausse saga. bêtes de la falaise 6 s’avère être le long métrage que les personnages du film tentent de tourner La bulle.

ADVERTISEMENT

Un investissement rendu encore plus amusant et excitant par le tournage fictif qui suit le film réalisé par Apatow. a lieu pendant la période Covid-19. Le cinéaste et sa co-scénariste Pam Brady s’amusent ainsi du grotesque de la situation d’un cinéma mis sous les contraintes d’une pandémie mondiale… tout en raillant les absurdités originelles de faire un blockbuster sur fond vert. . Ajoutez à cela le beau casting du long métrage, avec, entre autres, Karen Gillan, Pedro Pascal et David Duchovny.

Notre critique de La bulle

Apollo 10½ : Les fusées de mon enfance

Disponible sur Netflix – Durée : 1h38


De quoi parlez-vous? Recruté par des hommes mystérieux, formé puis briefé sur la nature top-secrète de leur mission, le premier Américain sur la Lune était… un garçon de 10 ans ?!

Pourquoi dois-tu le voir ? Car quand le grand cinéaste de l’époque, Richard Linklater, tourne un nouveau film, il faut absolument le voir. Après des travaux sur l’adolescence comme Fainéant Tout le monde en veut !!sa magnifique trilogie Avant deet surtout son caractère expérimental. Enfancefilmé par intermittence pendant douze ans, nous revient avec Apollo 10½ : Les fusées de mon enfanceun film d’animation, en partie inspiré de son enfance à Houston en 1969.

pour la troisième fois après vie éveillée et un scanner sombre, Richard Linklater utilise la technique d’animation de la rotoscopie, qui consiste à transformer des images d’action en direct en animation. Il raconte ici l’impact qu’une mission comme Apollo 11 aurait pu avoir sur de jeunes enfants, émerveillés par l’espace. Le grand Jack Black collabore ici avec le cinéaste pour la troisième fois. Apollo 10½ c’est un film doux et réconfortant, qui plaira à coup sûr aux fans de Linklater et aux nostalgiques.

Les avis sur Apollo 10½ : Les fusées de mon enfance

le dernier autobus

Disponible sur Netflix – Durée : 10 épisodes d’environ 35min

De quoi parlez-vous? Préparez-vous pour le road trip de votre vie avec les élèves de Braelawn High School alors qu’ils se battent pour sauver l’humanité d’une intelligence artificielle menaçante.

Pourquoi devriez-vous regarder? Parce que Robert Sheehan est déjà au casting. Ensuite, parce qu’il incarne Dalton Monkhouse, un milliardaire fou qui n’a rien à envier à Isherwell (marque rylance) à partir de ne regarde pas, et que son interprétation est aussi kitsch que délicieusement déjantée. Nous sommes également vigilants car de nos jours, un message de durabilité adressé aux petits comme aux grands ne peut que profiter à tous.

Décrite comme une fable de science-fiction écologique, le dernier autobus raconte l’histoire de cinq adolescents en voyage scolaire qui doivent se débrouiller seuls dans une apocalypse robotique. Derniers représentants de l’humanité, ce quintet disparate aura pour mission de retrouver Dalton Monkhouse, le créateur de ces intelligences artificielles prédatrices pour mettre fin à ce cataclysme. sans être le prochain Les morts vivantsnous sommes tous morts Les adolescents étant la cible principale de ce divertissement britannique, il y a fort à parier que ceux qui ont apprécié Des choses étranges et attaquer le bloc s’y retrouveront.

le démolisseur

Disponible sur Netflix – Durée : 1h54

Démolisseur : photo, Sylvester Stallonela loi est la

De quoi parlez-vous? Un super flic gelé condamné à une longue hibernation est libéré par la police pour arrêter un tueur impitoyable.

Pourquoi dois-tu le voir ? A cause des séquences, des répliques et des trucs cultes bien sûr, comme les fameux trois coquillages, un gag absurde qui n’a cessé de fonctionner dans la pop culture depuis la première du film. Mais aussi parce que c’est une satire féroce et espiègle, qui n’a rien perdu de sa pertinence, loin de là. l’avenir dans lequel cadre brambilla et ses trois scénaristes s’amusent à catapulter deux des stars les plus profondes d’une industrie américaine hors de leur fausse candeur reaganienne qui confond justice et format, prudence et déshumanisation pure et simple.

Aujourd’hui, logiquement, beaucoup font le lien avec les principaux organismes qui gèrent les flux de communication à l’échelle mondiale. Et si la domination absolue de Google et autres Facebook sur les relations humaines et leur organisation, protégeant leurs intérêts sous prétexte d’apaiser la société, n’a rien à envier à Raymond Cocteau, le démolisseur s’attaque principalement au cinéma grand public de son époque, puis de plus en plus désinfectés. C’est à vous de voir si c’est devenu particulièrement punk.

Notre déposer dans le démolisseur

contagion

Disponible sur Netflix – Durée : 1h46

Contagion: photo, Jude Law

Jude Rault

De quoi parlez-vous? Un groupe d’experts médicaux est engagé dans une course contre la montre pour contenir un virus responsable d’une pandémie mondiale.

Pourquoi dois-tu le voir ? Parce que quand steven soderberg il regarde le cinéma catastrophe, teinté de paranoïa, il le dynamite avec autant d’enthousiasme et de talent qu’avec d’autres codes qu’il s’amuse à revisiter. Soutenu par un casting absolument fou, que lui et son écrivain Scott Z. Burns tailler correctementnous sommes plongés dans le récit choral d’une pandémie qui va rapidement provoquer un chaos mondial généralisé. Admirable mise en scène, écrite avec un art du suspense mais aussi du tempo, qui suscite d’autant plus l’admiration que le budget du film est dérisoire, Contagion c’est dans tous les domaines un tour de force.

Mais ce qui le rend particulièrement étonnant aujourd’hui, c’est la précision avec laquelle le long métrage a réussi à capturer les principales étapes d’une crise sanitaire mondiale. De la réponse asiatique rapide et unique, en passant par l’effondrement moral des démocraties tentées par leurs marges et leurs extrêmes, jusqu’à la tensions inhérentes à une politique de vaccination impromptue. Quant au rôle de Jude Law, prophète et voleur à grande échelle, manipulant ses pairs pour les faire se précipiter dans des chimères médicales alors qu’il s’enrichit, il y compose l’un de ses meilleurs rôles, et sans doute le plus glaçant.

meilleurs films catastrophe

Mais aussi…

Les Pleins Pouvoirs, El Brio, Entre Amis, Troupe d’Elite, Bataille Libre, Toujours Plus Belle, L’Avare, L’Or, Les Anarchistes, La Revanche de Robert la Poupée, Mémoires d’une Geisha, Furtivité, L’Incroyable Aventure de Bella, L’Interview qui tue, C’est la fin, Famille recomposée, Ciudad Souris, Gloria, Le jouet…

Leave a Comment