ADVERTISEMENT

Pèlerinage à La Mecque. L’Arabie Saoudite réduit le quota par pays, et le Maroc ?

L’Arabie saoudite a annoncé hier, samedi 9 avril 2022, autoriser 1 million de musulmans du monde entier à participer au hajj à La Mecque, ouvrant ses portes à ceux venant de l’étranger pour la première fois depuis le début de la pandémie. . A combien sera fixé le nombre de pèlerins marocains ? Que disent les voyagistes ?

Après avoir été suspendu pendant deux ans de la pandémie, le grand pèlerinage à La Mecque aura finalement lieu en cette année de Hijra 1443. Une annonce faite hier, samedi 9 avril 2022, par le ministère saoudien du Hajj et de la Omra, qui précise néanmoins que seul 1 million de musulmans du monde entier seront autorisés à participer à ce voyage dans les lieux saints de l’islam, ce qui entraîne, de facto, une réduction des quotas réservés à chaque pays.

ADVERTISEMENT

Au Maroc, les agences de voyages affirment n’avoir reçu aucune directive ou note du ministère des Habous et des affaires islamiques ou de la commission en charge du hajj, les deux principaux concernés par la mise en œuvre des modalités liées à cette opération religieuse de grande envergure. .

ADVERTISEMENT

Une information confirmée par Mohamed Semlali, président de la Fédération nationale des agences de voyages, interrogé à ce sujet par Le360 : « Nous n’avons toujours aucune idée de comment les choses vont se passer. Jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune note ou communication officielle du Ministère des dotations et des affaires islamiques. De plus, c’est à lui de planifier et de répartir le nombre de pèlerins.

Généralement, l’Arabie saoudite fixe les quotas en fonction de la population musulmane de chaque pays (0,1 % de la population musulmane), qui, par l’intermédiaire du gouvernement ou d’agences de voyages privées, alloue les places à ses citoyens.

Toujours selon le ministère saoudien du Hajj et de la Omra, les quotas des différents pays ont été réduits de 30% voire 50% en raison des risques liés à la pandémie. Le hajj de cette année sera limité aux pèlerins vaccinés de moins de 65 ans. Les voyageurs en dehors de l’Arabie saoudite devront également présenter un test PCR négatif datant de moins de 72 heures.

Comme d’autres pays musulmans, le Maroc est évidemment touché par cette décision saoudienne et le réaménagement des actions qui seront dédiées aux voyagistes. Rappelons à cet égard qu’en 2019, 32 000 pèlerins ont été autorisés à se rendre à La Mecque. Leur nombre pour l’année en cours devrait osciller, avec les nouvelles restrictions, entre 16 000 et 22 400 personnes.

« Nous savons tous que le Maroc, depuis plusieurs années, a toujours eu son quota, estimé à 32 000 pèlerins. Il semble évident que la décision prise par le gouvernement saoudien sera un vrai problème. On ne sait toujours pas comment cette opération va se dérouler cette année”, explique cet interlocuteur.

Après le début de la pandémie en 2020, les autorités saoudiennes n’ont autorisé la participation que de 1 000 pèlerins. L’année suivante, ils ont autorisé 60 000 résidents entièrement vaccinés choisis par tirage au sort.

Dès lors, il faut savoir que le hajj est une source de revenus essentielle pour l’Arabie saoudite, qui tente actuellement de diversifier son économie, encore ultra dépendante du pétrole. Les deux principaux pèlerinages, le Hajj et la Omra, rapportent généralement environ 12 milliards de dollars par an. Pour les agences de voyages, l’organisation de ce service religieux annuel est une véritable bénédiction, surtout en cette année de reprise post-Covid.

« En tant que fédération, nous voulons faire partie des réunions qui seront organisées entre les départements intéressés pour essayer de défendre les intérêts des agences de voyages et des pèlerins. C’est aussi pour nous l’occasion de juguler les effets de la crise sanitaire », conclut Mohamed Semlali.

Avant la pandémie, le Royaume du Maroc faisait partie des dix pays au monde qui envoyaient le plus de pèlerins pour le Hajj à La Mecque, contre 40 000 depuis l’Algérie (9moi) et 85 000 pour la Turquie (8moi). Sans surprise, le top 10 est dominé par l’Indonésie, le plus grand pays musulman du monde, avec pas moins de 230 000 pèlerins. Il est suivi du Pakistan (186 000 pèlerins), de l’Inde (177 000 pèlerins) et du Bangladesh (135 000 pèlerins).

Leave a Comment