ADVERTISEMENT

Pioli, Spalletti, Inzaghi… Trois rivaux pour un premier Scudetto

Laissant derrière lui la Juventus Turin de l’insatiable Massimiliano Allegri, l’entraîneur qui sera sacré champion de football italien en mai remportera son premier scudetto : les matchs sont ouverts entre le “Normal One” Stefano Pioli (AC Milan), l’expérimenté Luciano Spalletti ( Naples) et l’ambitieuse Simone Inzaghi (Inter Milan).

A six jours de la fin de la Serie A, le suspense reste total pour savoir qui succèdera à Antonio Conte, sacré l’an dernier avec l’Inter après avoir été trois fois avec la Juve (2012 à 2014). Et à l’issue de la 32e journée du week-end dernier, le trio de tête est uni sur un point ! L’Inter, fort de sa victoire contre la Juve le dimanche précédent, a confirmé son retour face à l’Hellas Vérone samedi dernier pour revenir à égalité avec Naples et loin du leader AC Milan.

Pioli, le “Normal”

ADVERTISEMENT

Certains croyaient que Stefano Pioli ne serait que de passage à l’AC Milan lorsqu’il est arrivé en octobre 2019 sur un véritable banc des expulsions, où des entraîneurs ont défilé pendant dix ans sans parvenir à redresser un club qui navigue loin de son passé glorieux. Mais l’ancien défenseur de la Juventus et de la Fiorentina, devenu entraîneur en Serie B puis en Serie A (Bologne, Lazio, Rome, Fiorentina), a su redonner le jeu et l’âme aux Rossoneri.

Sans éclats ni coups au menton, Pioli a fait confiance aux jeunes dénichés par Paolo Maldini et a su manier avec délicatesse la star Zlatan Ibrahimovic (40 ans). Alors que son départ semblait être devenu effectif à l’été 2020, les bons résultats post-confinement ont incité les dirigeants à le garder. Ils l’ont bien pris : après avoir retrouvé la Ligue des champions grâce à sa deuxième place en championnat l’an dernier, Milan n’a jamais été aussi près de remporter son premier scudetto depuis 2011.

Pioli, peut décrocher un premier titre d’entraîneur à 56 ans, après avoir été champion d’Italie en tant que joueur avec la Juve de Michel Platini en 1986.

ADVERTISEMENT

Spalletti, l’expérimenté

De titres, Luciano Spalletti ne manque pas : deux Coupes d’Italie (2007, 2008) et une Super Coupe (2007) avec l’AS Rome, et deux championnats de Russie avec le Zénit Saint-Pétersbourg (2010, 2012). Le scudetto, en revanche, l’a toujours rejeté : quatre fois deuxième avec la Roma et deux fois quatrième avec l’Inter Milan en Serie A. Napoli peut combler cette lacune dans son CV, ce qui ferait de Spalletti le plus vieux (63 ans) à remporter un scudetto, devant Maurizio Sarri sacré en 2020 à 61 ans.

Après les tensions entre l’explosif Gennaro Gattuso et le président louche Aurelio De Laurentiis bouleversé la saison dernière, qui s’est terminée sans qualification pour la Ligue des champions (5e), ​​le mérite de ‘Lucio’ est d’avoir su apporter de la sérénité au club. son expérience et son ton calme.

Pas paniqué malgré de nombreuses blessures hivernales, Napoli est resté compact (meilleure défense) pour rester dans la course, perdant une seule fois au match retour. Comme il porte cet immense rêve de toute une ville : redevenir les rois d’Italie pour la première fois depuis les deux scudetti offerts par l’idole Maradona (1987, 1990).

Inzaghi, l’ambitieux

Si l’aventure Ligue des champions s’est terminée en 8e de finale face à Liverpool, Simone Inzaghi peut encore tout gagner à domicile pour ses débuts sur le banc des Nerazzurri. Après la Super Coupe arrachée à la Juve, l’entraîneur de 46 ans peut soulever une deuxième Coupe d’Italie (après celle de 2019 avec la Lazio) et, surtout, son premier scudetto en tant qu’entraîneur (il l’a remporté en tant que joueur avec la Lazio en 2000). ).

Jusqu’à début février, le championnat lui semblait promis, puisqu’il avait réussi à maintenir l’Inter, champion en titre, au niveau élevé fixé par Antonio Conte. Mais la défaite dans le derby milanais (1-2), due à un doublé d’Olivier Giroud, a stoppé la machine. Troisième à l’entame du sprint final, l’Inter a pourtant montré qu’elle ne lâcherait rien en dominant – de justesse – la Juventus (1-0) le week-end précédent.

En raison d’un calendrier plus favorable sur le papier, il est toujours “favori”, il juge l’entraîneur bianconero “Max” Allegri comme un expert qui, sauf miracle, devra attendre pour remporter un septième scudetto (un avec Milan, cinq avec Juve).

Par ailleurs, voici les principaux résultats des matchs des cinq grands championnats européens de football disputés ce week-end (certains matchs se sont encore joués hier soir et d’autres se joueront ce soir) :

Italie – jour 32

Empoli 0-0 Spezia

Inter Milan-Hellas Vérone 2-0

Cagliari 1-2 Juventus Turin

Gênes-Lazio Rome 1-4.

Angleterre – jour 32

Newcastle 1-0 Wolverhampton

Everton 1-0 Manchester United

Southampton 0-6 Chelsea

Watford 0-3 Leeds United

Arsenal 1-2 Brighton

Aston Villa-Tottenham 0-4.

Espagne – 31e journée

FC Séville-Grenade 4-2

Cadix-Betis Séville 1-2

Majorque-Atlético Madrid 1-0

Villarreal-Athletic Bilbao 1-1

Real Madrid-Getafe 2-0.

Allemagne – jour 29

Stuttgart-Dortmund 0-2

Bayern Munich-Augsbourg 1-0

Wolfsbourg-Bielefeld 4-0

Furth-Mönchengladbach 0-2

FC Cologne-Mayence 3-2

Union Hertha Berlin Berlin 1-4.

France – jour 31

Lorient-Saint-Etienne 6-2

Reims-Rennes 2-3

Clermont-Paris SG 1-6.

Source : AFP

Laissant derrière lui la Juventus Turin de l’insatiable Massimiliano Allegri, l’entraîneur qui sera sacré champion de football italien en mai remportera son premier scudetto : les matchs sont ouverts entre le “Normal One” Stefano Pioli (AC Milan), l’expérimenté Luciano Spalletti ( Naples) et l’ambitieuse Simone Inzaghi (Inter Milan). A six jours de la fin de la Serie A, le…

Leave a Comment