Pourquoi on a hâte de découvrir la série Obi-Wan Kenobi

Il est temps de réveiller la Force pour la série dédiée au Maître Jedi Ewan McGregor, qui débute le 27 mai sur Disney+.

pour format de film

C’est évident que c’est évident d’après la bande-annonce : même si Obi-Wan est dans le même format (2:39) que le mandalorien Oui livre de boba fett, le cadre semble beaucoup plus large. Les échelles des plans semblent agrandies, les focales plus profondes… Une véritable sensation grand écran qui se dégage dès les premiers plans dévoilés de la série. Peut-être est-ce dû au directeur de la photographie de la série, qui n’est autre que le grand Chung Chung-hoon (films d’horreur Quehier soir à soho…), le COO préféré de Park Chan-wook depuis garçon plus âgéqui signe ici sa première série.

pour john williams

CompositeursMichael Giacchino (voyou), John Powel (Seul) et Ludwig Goransson (le mandalorien) ont brillamment investi à leur manière l’univers Star Wars période Disney, se réappropriant l’héritage musical de John Williams… qui fera son grand retour dans la galaxie très très loin avec la partition d’Obi-Wan Kenobi séries. Williams, qui avait repris du service avec la postlogie (prouvant notamment avec le superbe thème de Rey que le feu sacré était toujours dedans), a l’expérience nécessaire pour le petit écran. Il a déjà composé pour la télévision, soit pour des épisodes de séries (Perdu dans l’espace) ou pour toute la série (L’île des naufragésévidemment Histoires fantastiques Spielberg) ou même des événements (les Oscars de 1976). La perspective de Williams apportant son style spectaculaire au format narratif épisodique est carrément excitante, n’est-ce pas?

Obi Wan Kenobi
Disney 2022

Par le visage d’Ewan McGregor

C’est évident, et c’est pour ça qu’on va regarder cette série… En 1999, une des grandes idées de la prélogie de George Lucas était d’avoir commencé la révélation de observation de train incarner le jeune Obi-Wan : rien à voir a priori entre l’impressionnant Sir Alec Guinness, symbole de la classe noble deintérimaire English, et la muse du Scottish Mad Dog de Danny Boyle, et le contraste était délicieux – le prélogue devenait aussi le récit du passage d’Obi-Wan de la fougue de la jeunesse à la mélancolie de l’âge moyen, avant la folie de la solitude dans le désert. .. C’est justement ce troisième volet d’Obi-Wan que compte raconter la série, et il ne reste plus qu’à voir ce cliché où le Maître Jedi déchu observe de loin le jeune Luke pour mesurer dans le regard étonné d’Ewan le poids de l’âge, la joie. de voir l’avenir promis par le fils d’Anakin, et les chagrins de se souvenir d’amitiés perdues, brûlés dans le feu de la colère et de la haine. Tout ça sur le visage d’Ewan ? Mais si.

Pour oncle Owen et tante Beru

Joel Edgerton et Bonnie Piesse ont le privilège d’apparaître dans le dernier cliché de La Revanche des Sith, portant bébé Luke dans ses bras devant le crépuscule (ou l’aube ?) des soleils de Tatooine… Une fin bouleversante qui légitime en un instant la prélogie de Lucas : les scènes de l’Oncle Owen et de la Tante Beru tout au long de la première Guerre des Galaxies (avant leur exécution par les stormtroopers) deviennent alors disproportionnés. Depuis, si Joel a eu une belle carrière, Bonnie n’a pas vraiment percé. La perspective que la série rende au moins justice à tante Beru est une bonne raison de son existence. Qui vote pour un spin-off dédié aux problèmes des agriculteurs hydroponiques sur Tatooine ?

Miss Marvel, Kate Bishop, She-Hulk et les nouveaux visages féminins du MCU

pour Hayden

C’est LA grande attente de la série. On sait que Dark Vador est une arme secrète dessinée dans le style de l’Étoile de la Mort de Disney et maniée très efficacement (voir le combat final de voyou, dont on parle encore six ans plus tard), mais comment va-t-il gérer le retour de Hayden Christensen ? Il y a vingt ans, il était à la mode de critiquer la performance de l’acteur en tant qu’Anakin Skywalker, mais au fil des ans, il est devenu un acteur préféré des fans, toujours chaleureusement applaudi lors des conventions, et honnêtement, sa performance dans La Revanche des Sith avec le passage au côté obscur est vraiment remarquable. Alors le revoici à Obi Wan Kenobi, prêt à affronter à nouveau son ancien Maître… ou l’est-il ? Rajeunir en flashbacks ? Défiguré derrière le masque de Vador ? Apparence immaculée sur Anakin qui n’aurait pas été brûlée par la haine et la lave de Mustafar ? Mystère. Et nous savons que les séries mystères sont très excitantes.

Pour la production et l’écriture.

Arrière le mandalorien Oui livre de boba fettEnsuite, il y a le duo de producteurs Jon Favreau et (surtout) Dave Filoni, ce dernier adoré par les fans inconditionnels de Star Wars grâce à son travail sur Clone Wars. Mais Filoni et Favreau ne reviennent pas Obi Wan Kenobi : Les producteurs Katterli Frauenfelder (assistant réalisateur de Tim Burton pendant vingt ans) et Thomas Hayslip (qui a également travaillé sur Mission : Impossible Rogue Nation Oui Début) président notamment pour les destins de la série avec la réalisatrice Deborah Chow (qui a beaucoup travaillé sur la série Règne Oui mandalorien). Côté scénario, on retrouve Hossein Amini (Conduire), auteur du projet original, film transformé en série, Stuart Beattie (Collatéralle premier Pirates des Caraïbes…), Joby Harold (roi Arthur par Guy Ritchie) mais aussi

La promesse d’un nouveau ton pour Guerres des étoiles, plus “cinéma” et moins “séries” ? En tout cas, l’autre bonne raison de découvrir la série est qu’Ewan McGregor est également producteur, comme s’il garantissait le retour du Maître Jedi à la hauteur de ses rêves. Et peut-être beaucoup des nôtres.

La série Obi Wan KenobiComposé de six épisodes, il commence le 27 mai sur Disney +.

Leave a Comment