Procès en France du député M’jid El Guerrab, accusé d’agression : verdict le 12 mai

L’ancien député LREM M’jid El Guerrab, jugé hier, jeudi 7 avril 2022 à Paris, a assuré que son agression contre le leader socialiste Boris Faure en 2017 était “incompréhensible pour (lui)”, tandis que son ancienne compagne a décrit ses excuses . de “dissimulation”.

Pour ses “deux coups au casque” d’un scooter “extrêmement violents, coup sur coup et avec des armes au bras”, le procureur a requis trois ans de prison, dont un ferme, “équipé” – par exemple d’un bracelet électronique -. , et trois ans d’inéligibilité. Le tribunal rendra sa décision le 12 mai.

Poursuivi pour avoir “volontairement commis des actes de violence entraînant une incapacité totale de travail de plus de huit jours” avec “une arme par destination”, M’jid El Guerrab encourt une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende .

“J’ai perdu mes gonds, j’ai perdu toute raison”, “on parle de quelque chose qui m’est encore incompréhensible aujourd’hui, je ne sais pas comment l’expliquer”, a déclaré à plusieurs reprises le député aujourd’hui âgé de 38 ans. tout en réitérant avoir réagi à un geste agressif de Boris Faure.

“Je pense que j’ai été victime d’une deuxième attaque, que j’ai été diffamé. Mettre l’agresseur et la victime sur le même plan m’est insupportable », a répliqué Boris Faure, partie civile au procès.

Ce 30 août 2017, l’alors premier secrétaire du PS de la Fédération des Français de l’étranger, rencontrait dans la rue le nouveau député LREM pour les Français de l’étranger, près de la maison de ce dernier dans le Vmoi Quartier parisien. “Je traverse pour le féliciter”, explique Boris Faure, assurant que la rencontre était fortuite.

Mais M’jid El Guerrab dit voir une forme de “harcèlement” en sa présence “en dessous (de lui)”, alors qu’une dispute les oppose depuis son départ du PS à propos du déménagement d’Emmanuel Macron fin 2016. Selon lui, “menaces de mort” de Boris Faure.

Mensonge selon ce dernier, qui n’évoque qu’une « lutte politique ».

À leur tour, les deux parties ont maintenu leurs versions différentes de l’altercation.

Alors que le ton monte, « J’ai eu un geste apaisant. (…) J’ai posé ma main sur son avant-bras », raconte Boris Faure, costume bleu, masque en tissu blanc, dont la cicatrice est bien visible sur le crâne.

“Il m’a attrapé la main, il m’a serré comme ça, il m’a fait mal”, imite M’jid El Guerrab, en jean et veste grise, qui avait d’abord évoqué des insultes racistes, expliquant qu’il voulait “se sortir de cette emprise”. ” .

“Ce n’est pas un pur réflexe : tu changes de casque avant de faire un pas en arrière et de frapper”, lui dit le président.

“Il n’est plus devant vous au moment du deuxième coup”, ajoute-t-il.

Les images filmées par deux caméras de télévision en circuit fermé, émises à la demande de la défense, sont peu éclairantes : la scène y est masquée par un panneau de signalisation et par la porte vitrée d’un café.

Or, on constate que M’jid El Guerrab “a voulu reprendre contact et a dû être empêché par les témoins de la scène”, observe le procureur.

Boris Faure, atteint d’un traumatisme crânien et d’une hémorragie cérébrale, avait été opéré en urgence et passé trois jours en réanimation, avant d’être de nouveau hospitalisé quelques jours plus tard. Son pronostic vital était compromis depuis un moment.

Celui qui est aujourd’hui délégué du personnel du syndicat UNSA à l’AEFE explique qu’il souffre aujourd’hui de maux de tête et de pertes de mémoire.

“Ma vie politique – la mienne – s’est arrêtée après mon agression”, souligne le “simple militant” de 48 ans, se disant “dégoûté de la politique”.

M’jid El Guerrab envisage de se représenter, si la condamnation ne l’en empêche pas. “Je n’ai pas encore pris de décision”, précise le député.

Face au tollé provoqué par l’affaire, il avait démissionné de la présidence en septembre 2017, en maintenant son mandat parlementaire, qu’il explique aujourd’hui par la volonté « d’essayer (de) rattraper, faire (son) maximum pour (sa) ) compatriotes”.

Leave a Comment