Sommeil et immunité, des liens étroits dès les premières années de la vie ⋅ Inserm, De la science à la santé

Il y a de plus en plus de preuves sur l’importance du sommeil dès l’enfance. Après réglage un lien entre le sommeil et la qualité de la vision à l’âge de cinq ansune équipe de l’Inserm a cette fois montré une corrélation avec l’immunité : une courte durée de sommeil dans les premières années de la vie semble être associée à un taux plus élevé de certaines cytokines molécules pro-inflammatoires que l’on retrouve dans plusieurs pathologies courantes à l’âge adulte.

Le sommeil est essentiel pour la santé. Il régule plusieurs fonctions, notamment l’humeur, la cognition, le métabolisme et l’immunité. Chez l’adulte, de nombreuses études attestent d’une relation entre déficit de sommeil et augmentation du taux de certaines cytokines, molécules inflammatoires dont l’excès est associé à diverses maladies comme l’obésité, le diabète, l’athérosclérose, la polyarthrite rhumatoïde ou encore la dépression. Mais il existe peu de données chez les jeunes enfants, et les résultats obtenus chez les adultes ne peuvent leur être transférés compte tenu des différences marquées des rythmes de sommeil. Pour combler cette lacune, l’équipe de Sabine Plancoulaine du Centre de recherche en épidémiologie et statistique de Paris* a travaillé du Cohorte EDEN