Souveraineté industrielle – Formation, intégration et assurance des matières premières, absolue après le Round 1

Loin d’être un appel à l’autarcie, la Souveraineté Industrielle est une alternative pour s’ouvrir à la conquête des marchés étrangers, notamment africains. Cela sera possible grâce à la sécurisation des matières premières. Peut-on ainsi résumer les échanges du premier tour, ouvrant la phase de réflexion des 4la édition des Journées de l’Industrie qui s’est tenue ce 1est Avril à Tanger.

Après les discours et la célébration des Industry Awards, place au débat. En fait, les reflets des 4la lancé l’édition des Industry Meeting Days. Et le premier panel vient de terminer son premier tour. Comme thème, ce panel s’intitule « Souveraineté industrielle, alimentaire, sanitaire et énergétique… quels modèles ? ». Le cycle avait pour sous-thème « la souveraineté industrielle, socle d’une économie territoriale forte et durable ».

Au cours de la tournée, sept acteurs, et non des moindres, du tissu industriel local ont partagé leurs analyses et recommandations.

Un groupe de travail sur la souveraineté est créé

Ainsi, la première à intervenir fut Kenza Alaoui, Directrice de l’Industrie du Ministère de l’Industrie et du Commerce. Au cours de son allocution, il a énuméré l’optimisme dont fait preuve le ministère dans la réalisation de l’objectif de souveraineté. Comme en témoigne le groupe de travail sur la souveraineté créé à cet effet. “Ce groupe de travail est en contact avec tous les partenaires nationaux et internationaux qui reçoivent et étudient les projets présentés”, a-t-il souligné. A ce jour, 906 projets sur les 981 déposés ont été validés. Preuve que « Le royaume peut réussir sa souveraineté en tant que base industrielle la plus compétitive de la région. Pour y parvenir, elle préconise 4 piliers : énergie, gaz naturel, intégration et développement des ressources humaines.

Lire aussi : Industry Meeting Days 2022, veut accélérer la souveraineté du Maroc

Il est suivi d’Ismail Akalay, président de l’Association marocaine des métallurgistes et directeur général de la SONASID. Comme son prédécesseur, il reconnaissait la grande importance des énergies et énumérait ce qu’il considérait comme des conditions préalables à la souveraineté. Ces prérequis sont au nombre de quatre. En premier lieu, les ressources humaines pour lesquelles il demande une meilleure valorisation. Deuxième préoccupation majeure, les ressources en matières premières. En ce sens, elle regrette qu’à ce jour seulement 30% des ressources écologiques aient été explorées. L’éthique et la coopération avec les pays africains sont les deux derniers piliers.

Pour une (re)définition de la souveraineté industrielle

Karim Cheikh, président du Groupement marocain des industries aéronautiques et spatiales (GIMAS) était également de la partie. Pour lui, la souveraineté dans la dynamique nationale actuelle doit s’entendre en termes d’intégration. “Nous parlons de plus d’intégration, comme la création de nouveaux écosystèmes”, a-t-il déclaré. Affirmant au passage que cette augmentation du niveau d’intégration ne se fera que par la formation.

Les lauréats des Industry Meeting Awards 2022

Le quatrième acteur du secteur à intervenir n’est autre que Hakim Abdelmoumen, président de l’Association marocaine des industries de la construction automobile (AMICA). Pour lui, il convient d’accorder une attention particulière aux facteurs de compétitivité de l’économie marocaine. “Pour cela il faudra continuer à approfondir le taux d’intégration qui est passé, dans notre secteur, de 30 à 65% grâce, entre 2014 et 2020, grâce au Plan d’Accélération Industrielle”. Par ailleurs, il a insisté sur l’urgence d’aller vers les matières premières et la nécessité pour l’ensemble du tissu industriel marocain de former un écosystème transversal.

Souveraineté égale indépendance

Autre personnalité importante, Zakya Sekkat, PDG de Poudrox. Ce champion de l’industrie marocaine n’est pas parti lettre morte. selon lui, « la souveraineté au sens actuel signifie l’indépendance ». De même, il conçoit que dans l’État, « il s’agit d’avoir le maximum de souveraineté, c’est-à-dire d’indépendance dans de nombreux secteurs ». Zakya Sekkat a également pointé du doigt les mesures gouvernementales prises au détriment de l’industrie. Invitant ainsi les pouvoirs publics à privilégier une approche concertée dans les décisions relatives au secteur. Pour conclure, le PDG de Poudrox a alerté la communauté industrielle sur le coût élevé des matières premières. En guise de solution, elle recommande à l’État de reconsidérer la taxation de ce registre des importations de matières premières.

Sur le même sujet : Industry Meeting Awards : la 2ème édition récompense 14 entreprises et personnalités

Des propos soutenus “1000%” par Abdessalam Halouani. Justement, pour le vice-président de la Fédération des industries métallurgiques mécaniques et électromécaniques (FIMME) il a déploré « l’offre excédentaire » de matières premières. Il a indiqué que « près de la moitié de nos revenus est dépensée en matières premières. En août 2021, l’acier est passé à 184% ». Et d’ajouter “le problème n’est pas seulement le coût élevé, mais pire encore, la rareté”. En guise de recommandation, il suggère donc de travailler sur l’ensemble de la chaîne de valeur pour garantir sa disponibilité.

L’Afrique, une opportunité !

Et enfin Chaibia Balbzioui Alaoui, Vice Présidente Générale CGEM Tanger-Tétouan-Al Hociema, assurant également la Présidente AFEM Tanger Tétouan Al Hociema et PDG de BCSS INDUSTRIE. De son côté, elle a démontré l’opportunité que représentent le Continent et la ZLECAF. Selon lui, la CGEM soutient fortement les échanges avec le Continent, et toute initiative en ce sens est urgente.

C’est avec une attention soutenue que le public a suivi ces premiers échanges qui ont permis de débuter le traitement du thème : « La souveraineté industrielle, alimentaire, sanitaire et énergétique au service du développement territorial, de l’investissement et de l’emploi. A noter également que ce premier tour a été animé par Mehdi EL BOUKHARI.

Leave a Comment