Sur Mars, l’hélicoptère Ingenuity se prépare pour l’expédition d’une vie

Le petit hélicoptère martien de la NASA ne manque jamais d’impressionner, mais il fait maintenant face à une étape délicate de sa nouvelle mission.

L’ingéniosité continue de dépasser les attentes de la NASA. Alors qu’un maximum de cinq vols était initialement prévu, le compagnon privilégié du rover Persévérance a récemment achevé son… vol 24 sur Mars. Et il est loin d’avoir dit son dernier mot. Il prépare également son 25e voyage, le plus long de toute sa carrière d’explorateur.

A ce stade, Persévérance a entamé sa transhumance vers la dernière étape de son périple : un delta situé au bord du cratère Jezero, là où le rover s’est posé en février dernier. Le travail sensationnel du couple Persévérance-Ingéniosité a déjà prouvé hors de tout doute que l’eau était abondante dans la région il y a quelques milliards d’années.

Cependant, l’eau est inséparable de la vie telle que nous la connaissons ; par conséquent, c’est un endroit où la NASA espère trouver des traces de vie passée sur Mars, en supposant qu’il y en ait jamais eu une. Le problème est que le voyage est extrêmement dangereux.

Une fois que Persévérance atteindra le tristement célèbre delta au bord du cratère Jezero, un grand nouveau chapitre de l’exploration spatiale commencera. © NASA / Laboratoire de propulsion à réaction

direction le delta

Parce que même pour un rover avec une expérience de terrain accidenté comme Persévérance, la route semble particulièrement délicate. Vous devrez faire face à des sacs de sable où vous pourriez vous coincer, des rochers coupants qui pourraient endommager les routes, etc. Et un seul de ces redoutables pièges géologiques pourrait compromettre toute la mission.

Pour éviter les mauvaises surprises et éviter de se retrouver dans une impasse potentiellement synonyme de fin de mission, Persévérance ne crache pas un peu d’aide. Et c’est bien; car lorsque la NASA a réalisé le potentiel d’Ingenuity, ils lui ont assigné un nouveau rôle d’explorateur, qu’il a accueilli à bras ouverts.

Depuis quelques mois, il multiplie les allées et venues pour anticiper les embûches qui attendent le rover. Il doit donc vous permettre d’arriver en toute sécurité ; Persévérance pourra alors mener à bien son exploration du delta, avec de nombreux trésors géologiques potentiels en jeu.

Après presque dix ans d’exploration et plus de 20 km parcourus, l’impitoyable surface de Mars commence à réclamer son hommage aux roues du rover Curiosity. L’ingéniosité permettra à Persévérance d’éviter de subir le même sort en cours de route. © NASA/JPL-Caltech/MSSS

Le chemin de la découverte est semé d’embûches

Mais si cette opération va beaucoup faciliter la vie du rover, cela ne veut pas dire qu’elle va être anodine pour son compagnon drone. Même si vous vous en sortez très bien, le but est toujours de prolonger la vie de cet acolyte fantaisiste aussi longtemps que possible. Par conséquent, la NASA doit être patiente et planifier méticuleusement chacun de ses mouvements.

Bien que la surface rugueuse de Mars ne soit ni chaude ni froide, l’environnement martien ne lui est pas particulièrement hospitalier. Pour commencer, les ingénieurs doivent accorder une attention particulière aux conditions météorologiques. Car en plus d’être beaucoup plus fine que celle de la Terre, l’atmosphère martienne a la fâcheuse habitude de perdre en densité à certaines saisons.

Cependant, la capacité d’un tel appareil à rester dans l’air dépend directement de la densité de l’atmosphère. Très brièvement, plus il est haut, plus il est facile pour la machine de “s’appuyer” dessus. Au contraire, s’il est rare comme c’est le cas actuellement, l’ascenseur tombera également. L’ingénieux devra donc faire un effort supplémentaire pour voler.

De plus, si l’atmosphère est moins dense, cela signifie également qu’il y a moins de molécules disponibles pour échanger de la chaleur avec le robot. Celle-ci s’accumule donc beaucoup plus rapidement lorsque les moteurs tournent à plein régime ; pour éviter la surchauffe, il faudra vous contenter de petits sauts de quelques minutes tout au plus. A terme, la Nasa devra également composer avec la météo locale, qui pourrait endommager les équipements en cas de vol mal préparé.

Une image prise par le Mars Reconnaissance Orbiter détaillant la trajectoire.© NASA/JPL-Caltech/University of Arizona/USGS

Un nouveau chapitre pour l’exploration spatiale

Le défi sera donc de faire en sorte qu’Ingenuity puisse prendre son temps, mais pas s’éterniser ; Vous devrez vous assurer de garder une longueur d’avance sur le rover pour jouer votre rôle d’explorateur et éviter à tout prix la surchauffe. Malgré ces limitations, il devra jongler avec ces limitations pour réaliser son vol le plus long à ce jour ; le plan du vol numéro 25 mentionne en effet une distance de 704 mètres, soit 80 mètres de plus que le précédent record.

C’est donc tout un voyage qui attend cette petite machine qui ne cesse d’étonner son monde. Mais avec toutes les équipes du prestigieux Jet Propulsion Laboratory prenant un maximum de précautions, l’ingéniosité et la persévérance sont entre de bonnes mains ; c’est juste toucher du bois pour que la route passe bien. Ensuite, ils ouvriront un nouveau chapitre dans cette fascinante aventure d’exploration spatiale, et nous avons déjà hâte de plonger dedans.

Leave a Comment