ADVERTISEMENT

“Tout s’est arrêté”: le Monténégro fait face à un avenir sans argent russe

“Tout s’est arrêté”: le Monténégro fait face à un avenir sans argent russe

Le Monténégro est depuis longtemps un pôle d’attraction pour les superyachts russes, les touristes et les spéculateurs immobiliers. Mais le pays du bord de l’Adriatique a promis de s’aligner sur les sanctions contre Moscou et l’avenir semble incertain sans aucune garantie sur l’afflux d’argent russe.

À la suite de l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine le mois dernier, le petit pays candidat des Balkans à l’UE qui a rejoint l’OTAN il y a à peine cinq ans fait face à un gros problème.

ADVERTISEMENT

L’application des sanctions imposées par Bruxelles à Moscou pourrait menacer l’équilibre économique du pays de 620.000 habitants, dont un quart du PIB repose sur le tourisme auquel les Russes ont largement contribué ces dix dernières années.

« Nous aimons les Russes. Et nous dépendons d’eux”, a déclaré à l’AFP Danica Kazanegra Gregovic, directrice de l’agence de voyage Gulliver Montenegro à Budva sur la côte Adriatique.

Sur la promenade principale de la ville, on entend plus souvent le russe que le monténégrin. Dans la station, toute une série de commerces et d’écoles sont dédiés aux milliers d’expatriés russes.

ADVERTISEMENT

Comme beaucoup, Mme Gregovic craint l’impact sur le Monténégro de la série de sanctions visant les institutions financières russes, ainsi que les interdictions de vol en Europe.

Le moment n’aurait pas pu être pire. Les professionnels du tourisme comptaient beaucoup sur la haute saison pour attirer les personnes avides de vacances après en avoir été privées par la pandémie.

« Nous avons déjà survécu à deux terribles saisons touristiques. Nous allons prendre plus de coups que nous ne le souhaiterions », avoue Mme Gregovic.

– “Destination préférée”-

Pour aggraver les choses, les investissements qui ont contribué au développement immobilier dans les régions côtières semblent déjà se tarir, car les Russes ont de plus en plus de mal à sortir de l’argent du pays.

Pendant des années, des lois laxistes sur les investissements – le fait que les Russes n’ont pas besoin de visa pour se rendre au Monténégro – ont encouragé un afflux d’argent russe, alimentant une frénésie de construction de villas autrefois intactes.

“L’essentiel de l’argent investi sur la côte venait de Russie”, explique Dejan Milovac, directeur adjoint du Mans, un groupe anti-corruption. “Le Monténégro était une destination de choix pour les riches Russes qui voulaient acheter un bien immobilier ou cacher leurs actifs.”

Les Russes ont également largement bénéficié des “passeports dorés”, un programme qui accorde la citoyenneté aux étrangers qui investissent jusqu’à 450 000 euros dans le pays. Plus de 60 % de ces passeports ont été délivrés à des Russes au cours des 14 derniers mois.

Mais rien n’a été vendu à Budva depuis l’invasion, confirment à l’AFP deux agents immobiliers différents.

« Tout s’est arrêté. La construction s’est arrêtée, les gens ont du mal à fonctionner », explique Jovan, propriétaire d’un bar de 44 ans à Budva. “Nous sommes à quelques mois de la saison et tout cela pose des problèmes à notre entreprise.”

Les autorités tentent d’apaiser les craintes après avoir promis d’adopter des sanctions contre Moscou conformes aux mesures européennes.

Ces sanctions n’ont pas encore été appliquées en raison de différends entre factions politiques, mais le gouvernement a promis des mesures pour atténuer les conséquences économiques du conflit, notamment l’augmentation des prix du carburant et des denrées alimentaires.

“Malheureusement, la guerre est arrivée et nous devons retourner vers d’autres marchés”, a déclaré à l’AFP la ministre des Affaires étrangères Dorde Radulovic, qui a estimé qu’il fallait saisir l’opportunité d’innover.

– “Il perd beaucoup” –

« Il est peut-être temps que nous essayions de diversifier notre économie. Il est peut-être temps que nous ne dépendions plus d’un seul secteur, celui du tourisme ».

Le Monténégro et la Russie entretiennent depuis des siècles des relations assez harmonieuses basées sur leur héritage slave et orthodoxe et leurs alliances pendant les guerres du XXe siècle.

En 2006, le Monténégro a divorcé de la Serbie et s’est tourné vers l’Occident, mais les relations avec la Russie sont restées relativement stables à l’exception d’une vague de froid en 2016.

Le pouvoir monténégrin a alors accusé Moscou d’avoir promu un prétendu plan de coup d’État visant à empêcher le pays de rejoindre l’OTAN, ce que le Kremlin a toujours démenti.

Malgré tout, le Monténégro est resté une destination favorite des Russes qui souhaitaient partir en vacances, émigrer ou investir.

Pour les expatriés russes, la vie est compliquée. Beaucoup sont isolés de Russie, ils n’ont plus accès à leurs comptes russes, leurs cartes bancaires sont bloquées.

“C’est peut-être de notre faute parce qu’on n’a pas expliqué à quel point (Poutine) est dangereux”, soupire Marat Gelman, un collectionneur d’art russe hostile au président russe.

“Quiconque a des liens avec la Russie de quelque manière que ce soit risque de perdre beaucoup.”

Leave a Comment