ADVERTISEMENT

voici les taux fixes des prêts immobiliers au 1T 2022

Les taux fixes hors taxes des crédits immobiliers ont continué de baisser au cours du premier trimestre de l’année. Ainsi, selon le baromètre mensuel des taux fixes des crédits immobiliers à fin mars 2022 publié par Afdal.ma, les banques continuent de s’efforcer d’attirer les meilleures demandes de crédits immobiliers. Quelque 1 694 accords préliminaires ont également été diffusés sur la plateforme depuis début 2022.

Les taux fixes hors taxes sur les prêts à l’habitat maintiennent leur tendance baissière en ce premier trimestre de l’année. Cela ressort du baromètre publié par Afdal.ma, le premier comparateur de crédit immobilier au Maroc, anciennement connu sous le nom de Meilleurcredit.ma.

ADVERTISEMENT

Ainsi, sur les 1 694 pré-accords de principe diffusés sur Afdal.ma depuis début 2022, les taux fixes hors taxes ont enregistré une baisse de 0,10% pour la plupart des tranches de montant de prêt, notamment pour les prêts inférieurs à 250 000 DH et compris entre 500 000 à 1,2 million de dirhams. “Pourtant, les tarifs mensuels d’assurance décès et invalidité n’ont pratiquement pas évolué, si ce n’est une hausse de 0,05% enregistrée au niveau des crédits supérieurs à 300.000 DH”, précise le baromètre.
Selon ce dernier, le taux effectif global (TEG) devient également plus compétitif qu’il ne l’était déjà fin 2021. Avec une baisse de 0,11%, le TEG ressort à 4,59% contre 4,77% à partir de décembre. « Pour un prêt inférieur à 250 000 DH, les emprunteurs peuvent bénéficier d’un taux fixe de 4% défiscalisé sur une période de 20 ans, ce qui était impossible avant la pandémie. Nous avons notamment constaté une baisse assez conséquente du taux annuel effectif annuel (TAEG) pour les montants de prêt compris entre 1,2 et 3 millions de DH, qui a atteint -0,27% à fin mars », note Bachir Benslimane Bellemlih, PDG d’Afdal.ma
****************************************************** ** *****

Questions à Bachir Benslimane Bellemlih, PDG d’Afdal.ma

“Les clients qui empruntent moins de 800 000 représentent une grande partie du marché”

ADVERTISEMENT

Le Matin : On note une légère tendance à la baisse de 0,11% du TAEG entre le premier trimestre (T1) 2022 et le quatrième trimestre (T4) 2021. On préfère cependant avoir l’impression d’une difficulté à augmenter les financements. Cette baisse s’est-elle accompagnée d’une baisse des ratios financés, signe d’une demande accrue de sécurité par les banques ?

Bachir Benslimane : En effet, la baisse du TAEG entre le T1 2022 et le T4 2021 s’est accompagnée d’une baisse de 0,37% des LTV tous segments confondus.

Selon vous, quelle est l’explication de la stagnation des taux fixes pour les crédits inférieurs à 800 000 DH, de la baisse pour ceux compris entre 800 000 DH et 2 millions DH et de la hausse pour ceux supérieurs à 2 millions ?

La stagnation des taux fixes pour les prêts inférieurs à 800 000 se réfère uniquement à la variation mensuelle, entre mars et février 2022. Les taux sont plus susceptibles de varier sur des périodes plus longues.
Cela dit, mieux vaut se fier à la variation trimestrielle pour une meilleure lecture du marché. Entre le premier trimestre 2022 et le quatrième trimestre 2021, on observe en effet une stagnation voire une légère baisse de 0,06% des TAEG pour le segment indiqué. Une baisse qui atteste de la volonté continue des institutions financières d’accroître leur compétitivité pour mieux attirer et fidéliser les clients qui empruntent moins de 800 000, qui représentent une part importante du marché, et qui implique évidemment une baisse ou au moins une stabilisation des taux. .
Concernant la baisse des taux fixes pour les montants de prêts qui oscillent entre 800.000 et 2 millions de DH, elle s’explique par la volonté des établissements de diversifier leur portefeuille auprès d’une clientèle un peu plus élevée, et ce en améliorant stratégiquement leurs offres des semaines avant le mois. avril, qui représente une période de l’année au cours de laquelle de nombreux ménages commencent à envisager l’achat d’un bien immobilier.
En outre, il n’y a pas eu d’augmentation des tarifs pour les tranches supérieures à 2 millions de dirhams. Encore une fois, il vaudrait mieux se baser plutôt sur la variation trimestrielle, là encore la hausse du TAEG n’est que de 0,02%, donc je dirais plutôt une stagnation sur ce segment alors que la haute saison approche justement pour attirer cette clientèle haut de gamme qui s’apprêtent à financer un bien immobilier soit en résidence principale, en résidence secondaire ou en investissement.

La plupart des dossiers traités par sa plateforme concernent des crédits inférieurs à 800 000 DH. Pensez-vous que cela est dû au fait que les personnes à revenu élevé pensent qu’elles ont plus de pouvoir de négociation avec leur prêteur ou est-ce que cela fait partie de leur stratégie commerciale ?

Nous finançons à la fois des dossiers hypothécaires de 250 000 DH et 8 millions de DH. Par ailleurs, la moyenne des montants de financement qui ont fait l’objet d’un accord préalable de principe via Afdal.ma au cours du premier trimestre de l’année en cours est d’environ 600 000 DH. Quant aux montants moyens de financement des dossiers débloqués par notre équipe de courtage durant cette même période, il est de 700 000 DH. Ce segment représente le profil d’un internaute capable de simuler et de comparer les meilleures offres de crédit immobilier sur Internet, c’est-à-dire un jeune actif dont la moyenne d’âge est de 32 ans et qui perçoit un revenu moyen de 10 000 DH, soit le double de celui-ci. des clients qui passent directement par leur banque, et qui sont financés jusqu’à 300 000 DH en moyenne par dossier.

Leave a Comment